« Le seul diplôme qu’exige le cinéma est l’amour de la vie et le courage de prendre des risques. » (Claude Lelouch, 2000).


_yartiLaiFrancis01

Il aurait pu avoir la grosse tête et finalement, il est toujours resté assez discret dans le monde où pourtant l’ego et l’autosurvalorisation de soi sont monnaies courantes. Francis Lai est parti ce mercredi 7 novembre 2018 à Nice, à l’âge de 86 ans. Il est né le 26 avril 1932 à Nice aussi.

Malgré sa modestie, Francis Lai était très connu et a multiplié récompenses et reconnaissances. Jouant du piano et de l’accordéon, Francis Lai était un grand compositeur, mais compositeur effacé car ce n’était pas sa musique qui était mise en avant, c’était ce qu’elle a accompagné. D’abord, musique de chansons à succès, puis musique de films à succès. Si bien que quasiment tout le monde a déjà un peu entendu Francis Lai, même s’il n’en connaissait pas trop le nom.

De nombreuses stars de la chanson ont bénéficié de son talent, principalement dans les années 1960-1970. En particulier, Édith Piaf, Ella Fitzgerald, Marie Laforêt, Isabelle Aubret, Dalida, Nicole Croisille, Mireille Mathieu (qui a aussi chanté sur de la musique composée par Ennio Morricone), Bulle Ogier, Patricia Kaas, Nicoletta, Françoise Hardy, Petula Clark, Nana Mouskouri, Linda de Suza, Arielle Dombasle, Serge Reggiani, Elton John, Philippe Léotard, Jacques Dutronc, Charles Aznavour, Johnny Hallyday

L’une des chansons les plus émouvantes et représentant bien la France, cette "France périphérique", comme on l’appelle maintenant, d’ailleurs pas toujours opposée aux considérations écologiques, c’est "La Bicyclette" chantée en 1968 par Yves Montand. Francis Lai en fut le compositeur et Pierre Barouh (1934-2016) le parolier.





En 1974, Francis Lay a été chargé de composer la musique de la chaîne FR3, nouvelle troisième chaîne née peu de temps auparavant. Cette musique lui a donné une identité forte très connue de ceux qui attendaient avec impatience le "film du mardi soir", soirée télé possible parce qu’il n’y avait pas école le mercredi. Cette œuvre fut jouée notamment avec des ondes Martenot et un synthétiseur, ce qui était plutôt original à l’époque.





Parallèlement, à partir du milieu des années 1960, Francis Lai s’est investi dans les musiques de film, et là aussi, ce fut un grand succès. International évidemment. Il était le compositeur fétiche de Claude Lelouch, et aussi de René Clément, Henri Verneuil, Jean Delannoy, Claude Zidi, Bertrand Blier, etc.  Sa dernière musique de film fut pour le réalisateur Claude Lelouch avec le film "Chacun sa vie" sorti le 14 mars 2017 (aussi le dernier film où a joué Johnny Hallyday).

Dans ce domaine, Francis Lai a eu de très grands succès. Il a reçu, entre autres, l’Oscar de la meilleure musique de film en 1970 pour "Love Story" (réalisé par Arthur Miller), après une nomination en 1966 pour "Un homme et une femme" (Claude Lelouch).








Sans jamais le recevoir, il a eu aussi plusieurs nominations pour l’attribution d’un César, en 1977 pour "Bilitis", en 1981 pour "Les uns et les autres" (Claude Lelouch), en 1988 pour "Itinéraire d’un enfant gâté" (Claude Lelouch), en 1998 pour "Hasards ou Coïncidences" (toujours Claude Lelouch).








Francis Lai a en effet composé la musique du film "Bilitis" qui fut l’un des rares films réalisés par le photographe David Hamilton. Ce film est basé sur "Les Chansons de Bilitis", un recueil de poèmes de Pierre Louÿs, ou plutôt, juste inspiré, puis l’œuvre de Pierre Louÿs fait référence à de la poésie antique, ce qui n’est pas le cas pour le film, mais le point commun reste l’homosexualité féminine. La musique romantique de Francis Lai a été très appréciée notamment en Allemagne.








Dans la bande originale du film "La bonne année" (Claude Lelouch) où Lino Ventura est le héros, Francis Lai a intégré cette célèbre chanson très nostalgique "Chabadabada" (selon les paroles de Pierre Barouh) qu’il avait composée pour "Un homme et une femme" dès 1966 (chantée par Nicole Croisille).





L’expression Chabada (signifiant "un homme une femme") a été promue au rang de la sémantique politique par Michel Rocard qui voulait composer la liste socialiste aux élections européennes en juin 1994 avec la parité homme/femme, sans que cela fût obligatoire (Lionel Jospin l’a rendue obligatoire par la loi n°2000-493 du 6 juin 2000 tendant à favoriser l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives).

Parmi les bandes originales composées par Francis Lai que j’ai beaucoup appréciées, il y a celle du film "Association de malfaiteurs" réalisé par Claude Zidi et sorti le 11 février 1987. Aidée par le jeu d’acteurs exceptionnels (François Cluzet, Claire Nebout, Christophe Malavoy, l’affreux Jean-Pierre Bisson et l’adorable tonton à la tortue Hubert Deschamps), l’histoire décrit une bande de camarades de promo de HEC, très symptomatique des années 1980 et du début de l’ère "libérale" du succès par l’argent, les femmes, le pouvoir (le film pourrait d’ailleurs se résumer par le match fric vs amour).











Parmi les autres contributions très célèbres de Francis Lai, il y a aussi les bandes originales du film "Le Corps de mon ennemi" (Henri Verneuil) et du film "Les Ripoux" (Claude Zidi).








Que ce très modeste hommage contribue à perpétuer la mémoire de Francis Lai comme un grand contributeur du cinéma français et de la chanson française, deux disciplines importantes pour le rayonnement culturel de la France.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (08 novembre 2018)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Le cinéma parlant.
Ennio Morricone.
Francis Lai.
Georges Bizet.
George Gershwin.
Maurice Chevalier.
Leonard Bernstein.
Jean-Michel Jarre.
Pierre Henry.
Barbara Hannigan.
György Ligeti.
Claude Debussy.
Binet compositeur.
Pierre Boulez.
Karlheinz Stockhausen.

_yartiLaiFrancis03




http://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20181107-francis-lai.html

https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/francis-lai-a-bicyclette-de-209472

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2018/11/08/36852318.html