mardi 2 janvier 2018

Clemenceau, Macron et la guerre civile européenne (2)

« Ni trahison, ni demi-trahison. La guerre. Rien que la guerre. (…) Un jour, de Paris au plus humble village, des rafales d’acclamations accueilleront nos étendards vainqueurs, tordus dans le sang, dans les larmes, déchirés des obus, magnifique apparition de nos grands morts. Ce jour (…), il est en notre pouvoir de le faire. ». (Georges Clemenceau, le 20 novembre 1917 devant les députés). Seconde partie.Dans l'article précédent, j'ai évoqué Emmanuel Macron qui voudrait faire de l'année 1917-1918 une année Clemenceau.Revenons... [Lire la suite]