« Ce n’est pas parce qu’un gosse, il n’est pas désiré qu’il n’est pas aimé. » (Anémone, 30 avril 2011).



_yartiAnemone01

Quelle tristesse pour le cinéma français !. En quelques jours, deux acteurs de très grand talent sont partis vers d’autres rives. Après Jean-Pierre Marielle, c’est l’actrice Anémone qui est partie à Poitiers ce mardi 30 avril 2019, à un âge pourtant pas très avancé, à 68 ans (elle est née le 9 août 1950 à Paris).

J’adorais Anémone, sa fraîcheur, son franc-parler à senteurs de douche froide, sa liberté totale. Elle était loin du stéréotype de la femme fatale, et pourtant, elle était d’une très grande beauté. Elle n’aimait pas beaucoup les paillettes ni le star-system. Elle s’était installée au fond du Poitou et avait annoncé le 22 décembre 2017 qu’elle ne jouerait plus, probablement à cause de la maladie.

Elle préférait l’authenticité, et se prêtait parfois aux causes écologistes (jusqu’à faucher du sofa transgénique). Elle était très désabusée à la fin de sa vie, trouvant que sa profession était trop accro à l’argent. Elle a eu des enfants, mais elle trouvait que cela avait trop focalisé son existence, au point de l’éloigner de ses activités. Une sorte de militante féministe qui dirait aux femmes qu’elles ne seraient pas forcément obligées de faire des enfants pour s’accomplir.

_yartiAnemone02

Excellente tant sur scène (au théâtre) que sur un plateau (de cinéma), Anémone a beaucoup joué dans des comédies avec de comédiens de même calibre. Elle a commencé à être connue avec l’adaptation cinématographique du "Père Noël est une ordure" (dans le rôle de Thérèse), elle avait créé la pièce au théâtre dès 1979, et elle a été reconnue par la profession en 1988 pour son rôle principal dans "Le Grand Chemin" qui lui a valu un César de la meilleure actrice (elle a aussi été nommée aux Césars à quatre autres occasions).

La liberté était telle qu’il était difficile de "diriger" Anémone lors du tournage d’un film, et pourtant, elle a participé à 106 films entre 1968 et 2018. Elle fut une femme entière, une personnalité très forte, qui ne manquait jamais d’humour. C’est par le café-théâtre qu’elle a démarré, dans la fameuse troupe du Splendid.

Après les années 1980 qui furent les plus denses pour elle, Anémone a joué beaucoup moins par la suite. Elle a pris des rôles intéressants, comme cette vieille institutrice remplaçante dans "Le Petit Nicolas" qui inverse les pôles au point de traiter le chouchou comme un cancre. J’ai raté son rôle dans "Les Bidochons" (réalisé par Serge Korber et sorti le 1er mai 1996), à savoir Raymonde, qui a été un échec commercial, mais je l’ai remarquée, toute éblouissante, dans plusieurs épisodes de la fascinante série télévisée "Fais pas ci, fais pas ça !". Elle jouait alors une voisine très mystérieuse, dans un quartier résidentiel d’une banlieue chic de Paris, tellement mystérieuse que les habitants du quartier la crurent criminelle.

_yartiAnemone03

Internet permet de revoir quelques scènes mémorables. Voici pour lui rendre un modeste hommage quelques-uns des films que j’ai appréciés où elle a contribué, par son jeu, à les rendre captivants. Je terminerai ensuite par deux interviews télévisées, certes par deux présentateurs fatigants mais qui ont conduit Anémone à se dévoiler un peu personnellement, ce qui reste précieux pour ceux qui l’ont appréciée. Qu’elle rejoigne les autres étoiles dans la galaxie des anciens humains.


1. "Viens chez moi, j’habite chez une copine" (de Patrice Leconte) sorti le 228 janvier 1981

Anémone travaille dans un cirque et est une copine de Michel Blanc.






2. "Les Babas-cool" (de François Leterrier) sorti le 16 décembre 1981

Anémone vit dans une communauté un peu écolo et est la mystique de la bande vaguement dirigée par Philippe Léotard.






3. "Le Père Noël est une ordure" (de Jean-Marie Poiré) sorti le 25 août 1982

Anémone est l’une des bénévoles de SOS Détresse Amitié avec Thierry Lhermitte qu’elle aime secrètement malgré sa niaiserie de coincée.






4. "Le Quart d’heure américain" (de Philippe Galland) sorti le 3 novembre 1982

Anémone est une animatrice de radio sexy pleine d’ambition qui croise et se lie à un loser, Gérard Jugnot.






5. "Péril en la demeure" (de Michel Deville) sorti le 13 février 1985

Anémone, proche de Christophe Malavoy, est en quelques sortes l’observatrice voyeuse extérieure des drames qui secouent la maison de Nicole Garcia et Michel Piccoli.






6. "Le Grand Chemin" (de Jean-Loup Hubert) sorti le 25 mars 1987

Incontestablement le meilleur film dans lequel a joué Anémone, où elle est mariée à Richard Bohringer et s’occupe de l’enfant d’une amie.






7. "Le Petit Nicolas" (de Laurent Tirard) sorti e 30 septembre 2009

Anémone est la remplaçante de l’institutrice (Sandrine Kiberlain), dans l’adaptation de ce classique de Goscinny et Sempé.






8. Anémone chez Thierry Ardisson le 6 juin 1992 sur Antenne 2






9. Anémone chez Laurent Ruquier le 30 avril 2011 sur France 2






Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (30 avril 2019)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Anémone.
Gérard Oury.
Zizi Jeanmaire.
Jean-Pierre Marielle.
"Les Éternels".
Jacques Rouxel.
François Berléand.
Niels Arestrup.
"Acting".
"Quai d’Orsay".
Michel Legrand.
Gérard Depardieu.
Maria Pacôme.
Ennio Morricone.
Francis Lai.
Bernadette Lafont.
Pauline Lafont.
Marthe Mercadier.
Jean Piat.
Jacques Brel.
Charles Aznavour.
Charlie Chaplin.
Maurice Chevalier.

_yartiAnemone04



http://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20190430-anemone.html

https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/l-envol-d-anemone-214743

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2019/04/30/37299883.html