lundi 27 avril 2020

Sous le soleil (brûlant) de Hitler

« Son apparence physique était terrifiante. Le torse projeté en avant, traînant ses jambes derrière lui, il allait péniblement, lourdement, de son logement à la salle de conférence du bunker. Il avait perdu le sens de l’équilibre ; si jamais il était arrêté en faisant ce court trajet (vingt à trente mètres), il était obligé de s’asseoir sur l’un des bancs disposés le long du mur, ou de se retenir à son interlocuteur… Ses yeux étaient injectés de sang ; bien que tous les documents qui lui étaient destinés fussent tapés... [Lire la suite]