« Notre meilleure arme, notre seule arme, c'est la vaccination avec trois doses désormais. Avec deux doses, le vaccin est efficace à 70% contre les formes graves d'omicron, et avec trois dses, plus de 90%. » (Jean Castex, le 17 décembre 2021).



_yartiCovidEW02

Un nouveau conseil de défense sanitaire a eu lieu ce vendredi 17 décembre 2021 à 16 heures pour réagir face à un double phénomène : la cinquième vague de variant delta qu est à son sommet en taux d'incidence et qui sera à la fin du mois à son sommet en hospitalisations et admissions en réanimation, et la montée en puissance du variant omicron, qui affole le Royaume-Uni (93 000 nouveaux cas, un record, dont la moitié en omicron), mais aussi l'Allemagne, les Pays-Bas, le Danemark, etc. et il devrait affoler la France également.

Le Premier Ministre Jean Castex a annoncé plusieurs mesures à 19 heures 30 pour passer les fêtes de fin d'année dans les meilleures conditions. Grossièrement, il y a très peu de mesures restrictives, on est loin du couvre-feu de Noël dernier, et tout est misé sur la politique de vaccination : 1°/ la dose de rappel pour tous, à partir du quatrième mois après la deuxième dose à partir du 3 janvier 2022, 2°/ la vaccination élargie à tous les enfants de 5 à 12 ans, le comité consultatif national d'éthique a rendu un avis favorable le matin même ; 3°/ la mesure la plus importante et la plus politique, c'est la volonté du gouvernement de transformer le passe sanitaire en passe vaccinal avec le dépôt d'un projet de loi dès le conseil des ministres du 5 janvier 2022 (j'y reviendrai et cela promet quelques belles envolées au Parlement). En clair, le gouvernement mise sur l'esprit de responsabilité des Français, en particulier sur le respect des gestes barrières lors des fêtes familiales, et sur la vaccination.

Le renforcement des contraines sur les personnes non-vaccinées est probablement le point le plus important du dispositif et la contre-partie d'un non-confinement : plus de 5,7 millions d'adultes ne sont pas encore vaccinés, dont 500 000 fragiles, et ceux-là peuplent les services de réanimation. Au-delà de la non-vaccination, il y a une chose plus grave, la possession d'un faux passe sanitaire, c'est plus grave car en cas d'hospitalisation pour covid, une personne non-vaccinée qui prétend être vaccinée ne recevra pas le traitement préventif adéquat.

Il y a par exemple une histoire triste parmi d'autres, qui engendre beaucoup de colère contre tous les complotistes des réseaux sociaux qui découragent les Français (et les autres) d’aller se faire vacciner. Elle a été rendue publique ce samedi 11 décembre 2021 mais elle n’est hélas pas la seule. Une femme de 54 ans qui s’était présentée à l’hôpital de Garches avec un faux passe sanitaire est morte d’une forme sévère du covid-19.

Parce que les médecins avaient cru que la patiente était vaccinée, ils ne l'ont pas soignée comme il l'aurait fallu par prévention, et ils ont perdu beaucoup de temps qui aurait pu la sauver. Son mari ne savait pas qu’elle s’était fait faire un faux passe sanitaire, c’est-à-dire un certificat de complaisance réalisé par un médecin voyou qui non seulement, pour de l’argent, a trahi la loi et la déontologie, mais a aussi provoqué la mort d’au moins une personne, j’écris "au moins" car si son affaire frelatée aux faux passes sanitaires concerne des centaines voire des milliers de personnes, malheureusement, cette femme pourrait ne pas être la seule. Elle était la mère d’un enfant de 13 ans et son mari, effondré, a décidé de déposer plainte pour homicide (information en une des journaux de BFM-TV le 11 décembre 2021).

S’il y a une loi qui oblige le passe sanitaire dans certains lieux publics, c’est parce que justement, une simple recommandation ne suffit pas, cet événement tragique l’illustre, alors que la vaccination est gratuite et l’achat d’un faux passe sanitaire très coûteux. La raison d’un tel sacrifice financier, surtout avant cette période de fêtes qui sont chères pour les ménages, est surtout un endoctrinement dans les réseaux sociaux par des arguments complètement bidon, faux et dangereux. Comme on le voit, ces faux arguments parfois jetés avec légèreté ne sont pas sans conséquences et chacun à son niveau, dans son expression, devrait peser un peu plus les conséquences de ce qu’il avance.

Il faut savoir que la dernière loi de vigilance sanitaire est devenue très sévère contre ceux qui sciemment veulent tromper la société en créant un délit : « portant sur le fait d’utiliser, d’établir, de transmettre ou de proposer un faux passe sanitaire » sanctionné d’une peine de cinq d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende. Cela devrait faire réfléchir les médecins véreux.

Mais il faut aussi savoir que les "victimes", car ceux qui achètent ces faux passes sanitaires sont victimes, ne risquent rien à avouer d'être en possession d'un tel faux passe sanitaire : ils ne seront pas poursuivis. Il faut qu’ils le sachent s’ils veulent faire arrêter cette désastreuse machinerie de la mort pour le seul profit pécuniaire de quelques-uns (procédé qui n’a rien de complotiste ni d’idéologique, d’ailleurs, la plupart de ceux qui prônent la non-vaccination sur les réseaux sociaux sont eux-mêmes vaccinés mais engrangent des revenus avec l’audience très élevée de leur site Internet).

Et surtout, ils doivent signaler que leur passe sanitaire est faux s'ils veulent enfin se faire (vraiment) vacciner, car les propriétaires de faux passes sanitaires ne peuvent en pratique pas se faire vacciner puisqu'ils sont considérés comme déjà vaccinés, c'est pour cela qu'il ont besoin d'avouer qu'ils étaient en possession d'un faux passe sanitaire et qu'ils n'étaient pas vaccinés. Olivier Véran a confirmé le 16 décembre 2021 qu'ils ne seraient pas poursuivis : « Il faut que quelqu'un qui bénéficierait d'un faux document puisse se mettre en règle et qu'il y ait abandon de poursuites. » et il a justifié cette indulgence par la nécessité sanitaire de vacciner le plus grand nombre de personnes (le nombre actuel de personnes fragiles non-vaccinées suffit à risquer la saturation des services de réanimation avec la vague actuelle de variant delta et surtout, la vague très prochaine de variant omicron).

L'Assurance maladie a indiqué qu'elle avait déjoué environ 40 000 faux passes sanitaires depuis le mois de septembre 2021. Quant au Ministère de l'Intérieur, il a dénombré 110 000 faux passes sanitaires au 16 décembre 2021. Il ne faut pas se tromper sur la nature du faux passe sanitaire. La motivation n'est pas politique mais économique, s'enrichir sur le dos de la santé des personnes. Un faux passe sanitaire peut conduire à la mort, et c'est le même procédé dégueulasse que les passeurs de réfugiés dans les mers (Méditerranée, Manche, etc.), proposant pour des prix exorbitants un rafiot qui a de grands risques de ne pas finir la traversée. Mais les passeurs s'en moquent de ces tragédies humaines, ils ont l'argent des victimes ; leur vénalité est comptable des morts qui en résultent, ce sont des meurtres. Délivrer un faux passe sanitaire est aussi scandaleux, aussi dégueulasse, aussi meurtrier.

L'ancien ministre socialiste et médecin Jean-Marie Le Guen a proposé le 17 décembre 2021 sur LCI une procédure pour éviter de nouveaux faux passes sanitaires : lancer un ultimatum aux médecins escrocs qui délivrent de faux certificats de vaccination (dès lors que la personne possédant un faux passe sanitaire le reconnaît, il est très facile de remonter à la source du faux certificat) pour les inciter à se dénoncer eux-mêmes avant une date donnée (le nouvel an par exemple), et dans ce cas, ils auront des sanctions symboliques ; après la date fixée, alors, s'ils sont pris, ils auront les plus fortes pénalités (a priori 75 000 euros d'amendes et cinq ans d'emprisonnement, mais le gouvernement envisage aussi de durcir ces peines). En gros, Jean-Marie Le Guen propose d'appliquer la politique du fisc qui était indulgent pour ceux qui déclaraient eux-mêmes de l'argent non déclaré à l'étranger avant une certaine date.

_yartiCovidEW07

Avec autour de 60 000 nouveaux cas détectés chaque jour depuis une quinzaine de jours, nous sommes en plein dans la cinquième vague. La montée du nombre des hospitalisations (plus de 15 400) et des admissions en réanimation est très forte. Le seuil des 3 000 patients en réanimation pour covid-19 sera franchi ce week-end du 18-19 décembre 2021. Deux sources d’optimisme sont cependant à noter : le taux effectif de reproduction, le "fameux" R0 (la dérivée seconde du nombre de cas, c’est-à-dire la pente de la pente, ou son accélération) est en train de redescendre depuis deux semaines. Au plus fort, le 20 novembre 2021, il était à 1,59, au 4 décembre 2021, à 1,42 et au 11 décembre 2021, à 1,18 ; c’est encore bien trop haut car tant qu’il est au-dessus de 1,00, l’épidémie s’aggrave, mais cette baisse laisse entendre que l’aggravation est de moins en moins forte, et on le voit aussi sur le taux d’incidence qui est de 519 nouveaux cas pour 100 000 habitants (ce qui est énorme), et en hausse de seulement 19% en une semaine alors qu’il avait bondi de 50% à 100% les semaines précédentes.

_yartiCovidEW04

L’autre source d’optimisme, c’est évidemment cette nouvelle course à la montre qu’est la généralisation de la troisième dose, cette dose de rappel au bout du cinquième et sixième mois, et plus globalement, de la vaccination en général : curieusement, le gouvernement a toujours commencé à avancer à reculons avant de, enfin, foncer. C’était le cas pour le début de la campagne de vaccination en janvier 2021. C’était le cas aussi pour cette dose de rappel qu’il a recommandé du bout des lèvres, jusqu’à ce qu’elle soit désormais imposée pour maintenir valide son passe sanitaire (pour les plus de 65 ans, le passe sanitaire ne sera plus valide à partir du 15 décembre 2021 si la dose de rappel n’a pas été injectée dans les sept mois après la deuxième dose ; pour les autres, cette mesure s’appliquera à partir du 15 janvier 2022). Et c’est le cas enfin de la vaccination des enfants de 5 à 12 ans, possible à partir du 15 décembre 2021, d’abord uniquement pour les enfants avec comorbidités, et quelques jours plus tard, cette mesure sera enfin généralisée, comme cela s’est passé en Israël et aux États-Unis.

_yartiCovidEW05

Parallèlement aux fortes incitations du gouvernement, il fallait aussi assurer au niveau logistique. Comme toujours, des gens ont râlé car au début de cette nouvelle campagne de vaccination, certains rendez-vous étaient fixés au mois de janvier, faute de mieux. 200 centres de vaccination ont rouverts depuis quelques jours et les médecins, les pharmaciens, les infirmiers contribuent aujourd’hui beaucoup plus qu’il y a huit mois à l’effort national parce que les conditions de stockage des vaccins se sont assouplies. Dans beaucoup d’officines (pharmacies) et même dans certains centres de vaccination, voire centres commerciaux, on peut venir se faire vacciner, première dose comme dose de rappel, sans rendez-vous. On est loin de la pénurie de doses du printemps dernier. Le gouvernement a même encouragé les pharmacies à ouvrir les dimanches de décembre pour permettre la vaccination massive.

Chaque bat le record de la veille. La situation à ce jour est très impressionnante. Il y a eu plus de 900 000 doses injectées le vendredi 17 décembre 2021. Chaque jour, ce chiffre augmente comme le montre ce tableau de CovidTracker.fr (le nombre quotidien des doses injectées).

_yartiCovidEW03

Au 16 décembre 2021, il y avait 52 248 386 personnes ayant reçu au moins une dose (77,8% de la population totale, soit 90,9% de la population éligible), 51 363 156 personnes ayant reçu deux doses (ou ayant été complètement vaccinées) et au 15 décembre 2021, il y avait 16 678 837 personnes ayant reçu la dose de rappel (24,7% de la population totale, soit 29,0% de la population éligible). C’est déjà beaucoup et on peut imaginer que l’objectif très ambitieux du gouvernement a des chances d’être atteint, à savoir 25 millions de doses de rappel avant la fin de décembre (c’est très ambitieux car il ne reste plus que deux semaines, mais le rythme est là).

C’est une course de vitesse puisque la baisse d’efficacité en pleine période épidémique est une catastrophe (contamination, transmission, réanimation pour les formes graves). La chance, c’est que la protection est renforcée quasiment immédiatement après la dose de rappel (après un ou deux jours), au contraire des deux premières doses avec plusieurs semaines de décalage.

Et même si la dose de rappel est nécessaire pour "booster" le système immunitaire (comme on dit), il n’y a pas de comparaison entre cette vague épidémique qui vaut la deuxième vague de novembre 2020 et ses conséquences sur le nombre d’hospitalisations et d’admissions en réanimation qui est beaucoup moindre qu’en automne 2020 (ainsi que le nombre de décès mais nous ne sommes pas encore au pic des décès de cette vague, hélas).

_yartiCovidEU02

C’est ce qu’a voulu montrer le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal en venant le samedi 11 décembre 2021 dans la matinée au centre commercial de Vélizy 2, l’un des grands centres commerciaux de la région parisienne. En effet, c’est là qu’il s’est fait injecter sa dose de rappel, et en choisissant le vaccin Moderna, alors qu’il a lui-même 30 ans, il a voulu signifier qu’il n’y avait pas de danger à le prendre (depuis quelques semaines, les personnes veulent du Pfizer et pas du Moderna). D’ailleurs, il n’y a qu’en France que des patients demandent une marque déterminée de vaccin, à l’étranger, ils laissent le choix aux médecins qui sont plus compétents qu’eux pour ce faire.

Bien entendu, on ne manquera pas de remarquer que le ministre est venu dans la commune où vote la candidate LR à l’élection présidentielle Valérie Pécresse, ancienne députée des lieux de 2002 à 2016. Du reste, depuis 2020, Valérie Pécresse est également conseillère municipale de Vélizy-Villacoublay, dont le maire depuis mars 2014, Pascal Thévenot, l’un de ses proches, lui avait succédé comme député le 20 mars 2016 avec la triple investiture LR-UDI-MoDem, et ce dernier s’est fait battre en juin 2017 par le candidat du MoDem Jean-Noël Barrot.

_yartiVelizy2-2021121101

Il faut insister sur les gestes barrières, notamment dans les grandes surfaces commerciales. Trop de personnes ne mettent pas leur masque correctement. Pourtant, autour de 200 personnes meurent chaque jour du covid-19 en France et cela va sans doute encore augmenter les prochains jours avec la forte progression des hospitalisations (en Allemagne, ce sont près de 500 décès par jour, niveau que je pense qu’on n’atteindra pas car une partie de l’Allemagne de l’Est a été peu vaccinée). Si on pensait au risque (dont il ne faut pas avoir peur), on aurait la vigilance pour ne pas contaminer les autres.

Le gouvernement a fait le "pari" (je n’aime pas trop ce mot) de ne prendre quasiment aucune mesure de reconfinement pour cette très forte cinquième vague en pensant avec raison que la vaccination nous protégera d’autant plus que la dose de rappel sera généralisée. On peut reprocher à Emmanuel Macron de ne pas se déclarer candidat, et il est vrai qu’à moins de quatre mois du premier tour (10 avril 2022 !), il serait certainement temps, mais franchement, vous croyez qu’il en est déjà là quand un pays est en tel danger épidémique ? Qu’on ne sait pas ce qui se passera à Noël d’un point de vue épidémique. Sans compter les considérations économiques et la Présidence française du Conseil de l’Union Européenne, le gouvernement ne peut pas se payer le luxe de faire campagne dès maintenant : il a encore trop de travail !

_yartiCovidEU01

Et la réussite de la lutte contre la pandémie de covid-19, elle ne sera pas attribuée au gouvernement, mais à l’ensemble des Français. C’est pourquoi, hors de toute considération politique, les Français doivent garder leur vigilance pour préserver les personnes les plus fragiles, et c’est une roulette russe, cette femme de 54 ans qui avait voulu se faire passer pour une personne vaccinée, je suis persuadé qu’elle se croyait invincible et certainement pas une "personne fragile". Donc, la conclusion, ce n’est pas la peur, qui est une émotion inefficace, mais bien la raison, le sens des responsabilités, et finalement, la vigilance qui doivent dominer la conscience des personnes en période des fêtes. L'an dernier avait été un exemple de responsabilté collective. Heureusement, 90,9% des personnes éligibles en font preuve aujourd’hui, c’est rassurant et très prometteur pour l’avenir de ce beau pays qu’est la France. Protégez-vous et protégez vos proches !


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (17 décembre 2021)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Face à la 5e et à la 6e vague, la vaccination matin midi et soir.
Faux passe sanitaire et dose de rappel.
Gabriel Attal.
Cinquième vague : de nouvelles restrictions sanitaires ce lundi 6 décembre 2021 ?
Professeur Bertrand Guidet.
Troisième dose et fulgurance.
Confinement ou obligation vaccinale : faut-il écouter le docteur Martin Blachier ?
Martin Blachier.
La France d’Emmanuel Macron.
Allocution télévisée du Président Emmanuel Macron, le 9 novembre 2021 à Paris (texte intégral et vidéo).
Témoignage : je suis (presque) vacciné !
Témoignage : au cœur d’un centre de vaccination contre le covid-19 (1).
7 idées fausses sur le passe sanitaire.
Covid-19 : 5 millions de décès dans le monde et la 5e vague en France ?
Covid-19 : faut-il vacciner aussi les enfants de moins de 12 ans ?
Infection ou vaccination : quelle est la meilleure protection contre le covid-19 ?
Prolonger la possibilité du passe sanitaire jusqu’au 31 juillet 2022 ?
50 millions de vaccinés contre le covid-19 en France !
Covid-19 : comprendre la situation épidémique en Israël.

_yartiCovidDU04



https://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20211217-covid-ew-pandemie.html

https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/face-a-la-5e-et-a-la-6e-vague-la-238047

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2021/12/17/39266512.html