vendredi 9 novembre 2018

L'abdication de l'empereur Guillaume II d'Allemagne, il y a un siècle, le 9 novembre 1918

« Si la notoriété de Guillaume Apollinaire tient à ce qu’il est un des plus grands poètes du XXe siècle, son importance dans l’histoire culturelle vient aussi de ce qu’il est au carrefour de tous les mouvements artistiques d’avant-garde du début du XXe siècle. Sa triple situation de "bâtard, métèque et fauché" (J.-Ch. Gateau) explique en partie son parcours spirituel : recherche d’une identité individuelle et culturelle qui explique sa curiosité et sa boulimie intellectuelle, vie de bohème où il entre en contact avec les... [Lire la suite]
jeudi 8 novembre 2018

Maréchal, vous revoilà !

« Le maréchal Pétain a été, pendant la Première Guerre mondiale, aussi, un grand soldat. C’est une réalité de nlaotre pays. » (Emmanuel Macron, le 7 novembre 2018 à Charleville-Mézières).La parole présidentielle est sacrée. Elle l’est un peu moins que celle de saint Louis, mais elle l’est quand même. Le Président de la République n’est pas qu’un simple citoyen qui pense ce qu’il veut, qui dit ce qu’il veut. Il représente les Français, il représente les 67 millions de citoyens français, mais plus encore, il représente la... [Lire la suite]
vendredi 14 septembre 2018

Maurice Audin : remuer le passé ?

« Josette Audin, restée seule avec trois jeunes enfants, retenue plusieurs jours dans son appartement, se démène dès qu’elle le peut pour tenter de savoir où son mari est détenu. » (Emmanuel Macron, le 13 septembre 2018 à Bagnolet). Le Président de la République Emmanuel Macron s’est rendu chez Josette Audin (87 ans) à Bagnolet ce jeudi 13 septembre 2018 pour reconnaître la responsabilité de l’État français dans la disparition, la torture et la mort de son mari Maurice Audin. Qui fut Maurice Audin ? Né le 14 février... [Lire la suite]
jeudi 6 septembre 2018

L’amiral Flohic, mémoires d’Outre-Gaulle

« Je n’aime dans l’histoire que les anecdotes. » (Mérimée, 1829).L’expression lui allait mal, mais l’histoire ne retiendra qu’elle : "aide de camp". L’aide de camp que fut François Flohic s’en est allé ce mercredi 5 septembre 2018 à l’âge de 98 ans (né le 2 août 1920, quatre jours avant Hubert Germain, huit jours avant Daniel Cordier, deux grands résistants encore vivants). Il s’était retiré dans les hauteurs du Brusc, aux Six-Fours-les-Plages, à 15 kilomètres de Toulon, dans le Var. Aide du camp du Général De Gaulle.... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:50:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
vendredi 10 août 2018

Le grand résistant Daniel Cordier est né il y a 98 ans

« Je guette la phrase annonçant la revanche. Soudain, j’entends ces mots inouïs : "C’est le cœur serré que je vous dis aujourd’hui qu’il faut cesser le combat". La phrase suivante me fait comprendre le désastre irréversible (…). La guerre est donc finie, irrémédiablement perdue ? Tandis que ma mère s’affaisse entre les bras de mon beau-père, je me précipite vers l’escalier et monte dans ma chambre afin de dissimuler mes larmes. Jeté en travers du lit, je sanglote en silence. » ("Alias Caracalla", 15 mai 2009, éd.... [Lire la suite]
jeudi 9 août 2018

La légende Léon Blum (4) : le vieil homme et l’amer

« Lorsque nous nous sentons parfois enfermés dans les divisions, les dissensions, les intrigues, nous n’avons qu’une chose à faire : monter un peu plus haut, nous élever, regarder le but. Et alors, nous verrons que nous sommes profondément d’accord. Nous ressemblons à ces voyageurs qui, dans la montagne, se voient pris dans les nuages et dans le brouillard. Eh bien, on n’a qu’une chose à faire : monter, monter plus haut, et quand on monte plus haut, on trouve l’air pur, la lumière libre et le soleil. » (Léon Blum,... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:33:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 8 août 2018

La légende Léon Blum (3) : le socialiste militant

« Lorsque nous nous sentons parfois enfermés dans les divisions, les dissensions, les intrigues, nous n’avons qu’une chose à faire : monter un peu plus haut, nous élever, regarder le but. Et alors, nous verrons que nous sommes profondément d’accord. Nous ressemblons à ces voyageurs qui, dans la montagne, se voient pris dans les nuages et dans le brouillard. Eh bien, on n’a qu’une chose à faire : monter, monter plus haut, et quand on monte plus haut, on trouve l’air pur, la lumière libre et le soleil. » (Léon Blum,... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:33:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 1 mai 2018

Mai 68 : le beau marronnier

« Mai 68 aurait détruit l’idée même de transmission, sans laquelle il n’y a pas de société qui tienne. Mensonge naïf. Mai 68 a perpétué une longue tradition française, celle des "journées" révolutionnaires, de 1830, de 1848, de la Commune, du Front populaire, de la Libération de Paris. On disait "quarante-huitards", on a dit "soixante-huitard". Vieille expression. » (Laurent Joffrin, "Libération", le 21 mars 2018).En mai 1968, la gauche croyait tellement à la révolution que François Mitterrand et Pierre Mendès France étaient... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:04:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 17 mars 2018

Petit rappel de quelques grosses catastrophes industrielles dans le monde

« Sur le fond de mes nuits, Dieu de son doigt savantDessine un cauchemar multiforme et sans trêve. »(Baudelaire, "Le Gouffre", 1868).Ces quelques mots de Baudelaire, publiés il y a cent cinquante ans, auraient pu se rapporter aux catastrophes écologiques, mais à condition de remplacer Dieu par… l’espèce humaine. Il y a quarante ans, le 16 mars 1978, le pétrolier appelé Amoco Cadiz a fait naufrage.Son trajet fut de Ras Tanura, en Arabie Saoudite, à Rotterdam, aux Pays-Bas, et il transportait environ 227 000 tonnes de... [Lire la suite]
lundi 12 mars 2018

Dix ans sans poilus

« Des hommes, touchés par les gaz, gonflaient et mouraient par paquets. Ceux qui arrivaient derrière étaient obligés de leur marcher dessus. Les corps éclataient comme des ballons. ».Lorsque j’étais petit, je me souviens nettement avoir fait un rapide calcul pour savoir quel âge avait eu mon arrière-grand-mère, que j’adorais et qui me le rendait bien, lorsque la Première Guerre mondiale avait éclaté : 30 ans ! Diable ! Si âgée que cela ! Presque l’âge de ma mère à l’époque du calcul. Je n’avais que 8 ans... [Lire la suite]