mardi 1 mai 2018

Mai 68 : le beau marronnier

« Mai 68 aurait détruit l’idée même de transmission, sans laquelle il n’y a pas de société qui tienne. Mensonge naïf. Mai 68 a perpétué une longue tradition française, celle des "journées" révolutionnaires, de 1830, de 1848, de la Commune, du Front populaire, de la Libération de Paris. On disait "quarante-huitards", on a dit "soixante-huitard". Vieille expression. » (Laurent Joffrin, "Libération", le 21 mars 2018).En mai 1968, la gauche croyait tellement à la révolution que François Mitterrand et Pierre Mendès France étaient... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:04:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 17 mars 2018

Petit rappel de quelques grosses catastrophes industrielles dans le monde

« Sur le fond de mes nuits, Dieu de son doigt savantDessine un cauchemar multiforme et sans trêve. »(Baudelaire, "Le Gouffre", 1868).Ces quelques mots de Baudelaire, publiés il y a cent cinquante ans, auraient pu se rapporter aux catastrophes écologiques, mais à condition de remplacer Dieu par… l’espèce humaine. Il y a quarante ans, le 16 mars 1978, le pétrolier appelé Amoco Cadiz a fait naufrage.Son trajet fut de Ras Tanura, en Arabie Saoudite, à Rotterdam, aux Pays-Bas, et il transportait environ 227 000 tonnes de... [Lire la suite]
lundi 12 mars 2018

Dix ans sans poilus

« Des hommes, touchés par les gaz, gonflaient et mouraient par paquets. Ceux qui arrivaient derrière étaient obligés de leur marcher dessus. Les corps éclataient comme des ballons. ».Lorsque j’étais petit, je me souviens nettement avoir fait un rapide calcul pour savoir quel âge avait eu mon arrière-grand-mère, que j’adorais et qui me le rendait bien, lorsque la Première Guerre mondiale avait éclaté : 30 ans ! Diable ! Si âgée que cela ! Presque l’âge de ma mère à l’époque du calcul. Je n’avais que 8 ans... [Lire la suite]
mercredi 28 février 2018

Pierre Milza et les leçons de l'histoire récente

« Ainsi défini, le fascisme et son élan n’ont à l’évidence pas grand-chose à voir avec le régime de Vichy, cette chouannerie antirépublicaine "à la ruralité élémentaire", cette réaction de la fraction la plus rétrograde du corps social face à la modernité et au changement, cette "revanche des minorités" enivrée par la défaite de la France. (…) Dans ce maëlstrom de fascisme groupusculaire, d’ultracisme ligueur, et de révisionnisme néo-vichyste, où se situe donc le Front national ? Après une évocation du poujadisme, un détour... [Lire la suite]
mardi 2 janvier 2018

Clemenceau, Macron et la guerre civile européenne (2)

« Ni trahison, ni demi-trahison. La guerre. Rien que la guerre. (…) Un jour, de Paris au plus humble village, des rafales d’acclamations accueilleront nos étendards vainqueurs, tordus dans le sang, dans les larmes, déchirés des obus, magnifique apparition de nos grands morts. Ce jour (…), il est en notre pouvoir de le faire. ». (Georges Clemenceau, le 20 novembre 1917 devant les députés). Seconde partie.Dans l'article précédent, j'ai évoqué Emmanuel Macron qui voudrait faire de l'année 1917-1918 une année Clemenceau.Revenons... [Lire la suite]
vendredi 22 décembre 2017

Lazare Ponticelli, le dernier des Poilus

« Des hommes, touchés par les gaz, gonflaient et mouraient par paquets. Ceux qui arrivaient derrière étaient obligés de leur marcher dessus. Les corps éclataient comme des ballons. ».Lorsque j’étais petit, je me souviens nettement avoir fait un rapide calcul pour savoir quel âge avait eu mon arrière-grand-mère, que j’adorais et qui me le rendait bien, lorsque la Première Guerre mondiale avait éclaté : 30 ans ! Diable ! Si âgée que cela ! Presque l’âge de ma mère à l’époque du calcul. Je n’avais que 8 ans... [Lire la suite]
lundi 27 novembre 2017

Philippe Leclerc de Hauteclocque, le maréchal-soldat

« Leclerc, c’est le gaillard qui vient vous regarder d’un air méchant, vous écrase le pied en vous bousculant et vous chipe votre mouchoir. Au moment où vous allez vous rebiffer, vous vous apercevez qu’avec ce mouchoir, il a fait un service de table complet. Alors, vous ne dites rien et donnez votre chemise. » (Général Edgard de Larminat, compagnon de la Libération, l’un des premiers militaires français à rejoindre les Forces françaises libres le 30 juin 1940).Il est des figures historique françaises qui ont acquis une très... [Lire la suite]
mardi 14 novembre 2017

D’Alembert, le savant universel et l’esprit des Lumières

« Au sortir de l’enfance, entraîné vers la vérité par un instinct irrésistible, il se dévoua tout entier à ces sciences où elle règne sans partage, et bientôt, il en eut reculé les limites. Si je me bornais à vous citer les problèmes importants qu’il a résolus, les questions épineuses et difficiles qu’il a éclaircies, les méthodes qu’il a inventées ou perfectionnées, les vérités dont il a enrichi le calcul intégral, l’instrument le plus universel et le plus utile que l’esprit humain ait inventé dans les sciences, j’aurais peint... [Lire la suite]
mercredi 25 octobre 2017

Benjamin Constant, l’apôtre de la liberté et de la justice

« J’ai défendu quarante ans le même principe : liberté en tout, en religion, en littérature, en philosophie, en industrie, en politique, et par liberté, j’entends le triomphe de l’individualité tant sur l’autorité qui voudrait gouverner par le despotisme que sur les masses qui réclament le droit d’asservir la minorité à la majorité. Le despotisme n’a aucun droit. » (Propos gravés sur une plaque à Lausanne).L’un des théoriciens français du libéralisme, Benjamin Constant, est né il y a exactement deux cent cinquante... [Lire la suite]
samedi 14 octobre 2017

Mata Hari, œil du jour et espiègle de nuit

« Quelle étrange coutume des Français que d’exécuter les gens à l’aube ! » (15 octobre 1917).Elle n’était pas croyante mais a longuement parlé avec l’aumônier à qui elle avait demandé assistance jusqu’au bout (Jules Arboux, un pasteur qui avait écrit "Les Attributions des aumôniers des prisons" en 1888 à la demande du Ministère de la Justice). Elle était restée coquette, une belle robe et un manteau sur les épaules. Les yeux libres du regard du destin qui allait vaciller. Les mains libres derrière le poteau. D’un... [Lire la suite]