vendredi 13 janvier 2017

Primaire PS 2017 : Benoît Hamon au top du premier débat

Manuel, Benoît, Arnaud, Vincent, Sylvia, François et Jean-Luc sont dans un bateau qui tangue et qui n’est pas loin de couler. Où il est question de désigner un nouveau capitaine de pédalo. Premier épisode.Le premier débat télévisé entre les sept candidats à la primaire socialiste a eu lieu ce jeudi 12 janvier 2017 en direct sur TF1 et RTL, en collaboration avec "L’Obs". L’occasion, pour les moins connus, de se faire connaître et pour les plus connus, de présenter leur vision politique. Il y a eu 3,8 millions de téléspectateurs, ce qui... [Lire la suite]
jeudi 12 janvier 2017

Le rêve désespéré de Jean-Christophe Cambadélis

« Le seul qui peut réunir un tant soit peu la gauche, c’est François Hollande. » ("Libération", le 18 avril 2016).Ce jeudi 12 janvier 2017 à 21 heures a lieu sur TF1 une première : le premier des trois débats prévus de la primaire socialiste qui départagera Manuel Valls, Benoît Hamon, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon, Sylvia Pinel, François de Rugy et Jean-Luc Bennahmias les 22 et 29 janvier 2017. Le niveau d’audience donnera sans doute une indication sur le niveau de la participation électorale.Pour Jean-Christophe... [Lire la suite]
mercredi 11 janvier 2017

Jean-François Copé reconverti en clown inextinguible

« Nous avons gagné la bataille des idées et de la constance. » (7 décembre 2016).Il y a des individus qu’on croyait clowns et qui sont devenus des personnalités autoritaires et sans cœur (Kirk Douglas en avait touché quelques mots en septembre 2016). Et il y a aussi des personnalités politiques qui ont fait le chemin contraire : d’autoritaires, elles sont devenues… des clowns. Le meilleur exemple actuel, c’est Jean-François Copé.Depuis la campagne des petits pains au chocolat, en 2012, on savait que Jean-François Copé... [Lire la suite]
mardi 10 janvier 2017

Présidentielle 2017 : janvier, le tournant ?

« L’élection présidentielle est un moment formidable de rencontres avec les gens. En fait, c’est le seul moment en politique où l’on vous écoute vraiment. C’est le moment où des millions de gens viennent dans le secret de l’isoloir, ayant réfléchi en conscience et interrogé leurs idées et attentes, peut-être même le côté affectif de ce qu’ils sont, mettre votre nom dans une urne. (…) C’est un moment de rencontre extraordinaire avec la France, quelque chose de profondément passionnant. » (François Bayrou, LCI le 3 janvier... [Lire la suite]
samedi 7 janvier 2017

Jacques Duclos (2) : rouge bonnet et bonnet rouge

« Il vient de Moscou et il en rougit. » (Robert Bruyneel, ancien ministre, député du Loir-et-Cher, dans l’Hémicycle, le 14 mars 1957). Seconde partie.Après avoir évoqué le début de la carrière politique de Jacques Duclos, voici la seconde partie, l’apparatchik, le parlementaire et le candidat à l’Élysée.Le véritable numéro un du PCFDans les années 1950 et 1960, Jacques Duclos fut dans les faits, le numéro un du PCF en raison de la maladie de Maurice Thorez, victime d’une attaque d’hémiplégie le 10 octobre 1950 et soigné... [Lire la suite]
jeudi 5 janvier 2017

Jean-Claude Mailly, les heures supplémentaires et la sécurité sociale

« Si j’ai désir de me contredire, je me contredirai sans scrupule : je ne chercherai pas la "cohérence". Mais n’affecterai pas l’incohérence non plus. Il y a par-delà la logique, une sorte de psychologie cachée qui m’importe, ici, davantage. » (André Gide, "Ainsi soit-il", 1952).Il aura fallu neuf ans et demi pour ouvrir les yeux. Mieux vaut tard que jamais ? Pas sûr, car les retards économiques ont souvent des conséquences fatales… Il ne s’agit pas ici de faire l’apologie du quinquennat de Nicolas Sarkozy. D’une... [Lire la suite]
mercredi 4 janvier 2017

François Fillon, gaulliste et chrétien assumé

« La solidarité n’est pas une attitude facultative, ce n’est pas une charité collective, c’est une valeur sociale. Et elle exige de nous sa place dans la cité. » (Pape François, le 25 mai 2013).Après quelques semaines de silence médiatique, à la suite de sa grande victoire à la primaire de la droite et du centre le 27 novembre 2016, François Fillon a fait son retour dans le débat public le même jour que la présentation des programmes de deux candidats à la primaire socialiste, Manuel Valls et Vincent Peillon. Avant de se... [Lire la suite]
dimanche 1 janvier 2017

2017 : le pire n’est jamais certain !

« Je ne perds pas mes nerfs. Je ne participe pas au concours Lépine des solutions les plus stupides et les plus imbéciles, censées lutter contre le terrorisme. (…) Non, l’État de droit n’est pas un obstacle à la lutte contre le terrorisme, c’est au contraire la meilleure arme contre les totalitaires qui en veulent à nos libertés. »L’année 2017 sera une année charnière. C’est toujours difficile de l’appréhender à l’avance mais cette année, c’est à peu près sûr : il y aura un nouveau Président des États-Unis,... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:31:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mercredi 28 décembre 2016

Philippe De Gaulle, entre père et mer

« Porter le nom de De Gaulle est difficile. Un De Gaulle n’a pas droit à l’erreur. ».L’amiral Philippe De Gaulle, connu avant tout pour être le fils du Général De Gaulle, fête ce mercredi 28 décembre 2016 son 95e anniversaire. D’allure aussi grande et massive que son père, ce qui était un point de rapprochement pour le père, il fut surnommé Sosthène par "Le Canard enchaîné".Il fait partie de la génération qui avait 18 ans le 18 juin 1940. Philippe De Gaulle n’a même pas entendu son père à la BBC car il était embarqué avec le... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:51:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 23 décembre 2016

Robert Fabre, le troisième homme

« Robert Fabre apparaît véritablement sur le devant de la scène politique [à la] suite [d’une] scission (celle du Parti radical en 1971) et qu’il en sort à l’occasion d’une rupture (celle de l’union de la gauche en 1978). (…) Après avoir refusé en 1971 la "dérive droitière" du Parti radical nouvellement conquis par Jean-Jacques Servan-Schreiber, il refuse en 1978 la "dérive collectiviste" que tente d’imposer à la gauche unie le Parti communiste de Georges Marchais, entre temps il est celui qui aura inscrit le radicalisme dans la... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:52:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :