mercredi 20 octobre 2021

Ne nous enlevez pas les Miss France !

« J’ai dégrafé ma robe. Oui, je l’ai dégrafée. C’était une robe blanche qui avait appartenu à maman et que j’avais resserrée à la taille. Il m’a regardée longtemps. Il m’a regardée comme si j’étais une vue imprenable. » (Valérie Perrin, "Les oubliés du dimanche", éd. Albin Michel, 2015).Une association féministe que je ne nommerai pas a trouvé un nouvel angle d’attaque pour combattre le principe (séculaire) de l’élection de Miss France. Comme les candidates sont toutes obligées de passer un mois et demi pour préparer la... [Lire la suite]
samedi 24 avril 2021

Loft Story, phénomène de société ou phénomène de foire ?

« Nous voulions (…) faire obstacle à l’intrusion en France de la télé-poubelle. (…) Peut-on tout montrer à la télévision ? Comme deux Français sur trois, à TF1, nous répondons non. Une grande chaîne gratuite (…) a des règles éthiques et déontologiques à observer. » (Patrick Le Lay, président de TF1, tribune dans "Le Monde" du 11 mai 2001).Il y a vingt ans, la chaîne de télévision privée M6 a diffusé le premier épisode de la première émission de téléréalité sur une chaîne gratuite française, le 26 avril 2001. Son nom,... [Lire la suite]
samedi 20 mars 2021

Maître Capello et sa grammaire personnelle de bon aloi

« On parle de la "tendresse" d’une mère, mais de la "tendreté" d’une viande. » ("Le petit livre du français sans fauttes", 2001, éd. Presses du Châtelet).Il faisait déjà ringard et désuet, anachronique, sorti d’un autre monde. Conservateur de la langue française, le fameux Maître Capello (de son vrai nom Jacques Capelovici) est mort il y a dix ans, le 20 mars 2011, à l’âge de 88 ans (il est né le 19 décembre 1922 à Paris). Il fallait une certaine dose de confiance en soi pour vouloir se faire appeler "maître" (sans être... [Lire la suite]
mercredi 12 octobre 2016

Une ambition intime : qu’a-t-elle fait dans cette galère ?

« Le spectacle se présente comme une énorme positivité indiscutable et inaccessible. Il ne dit rien de plus que "ce qui apparaît est bon, ce qui est bon apparaît". L’attitude qu’il exige par principe est cette acceptation passive qu’il a  déjà en fait obtenue par sa manière d’apparaître sans réplique, par son monopole de l’apparence. » (Guy Debord, "La Société du spectacle", novembre 1967).Difficile de ne pas répondre positivement aux sollicitations de Karine Le Marchand, quand on est candidat à l’élection... [Lire la suite]