lundi 12 novembre 2018

10 et 11 novembre 2018 : la paix, la paix cent ans plus tard

« La loi du monde n’est pas et ne peut pas être distincte de la loi de Dieu. Or, la loi de Dieu, ce n’est pas la guerre, c’est la paix. Les hommes ont commencé par la lutte, comme la création par le chaos. D’où viennent-ils ? De la guerre ; cela est évident. Mais où vont-ils ? À la paix ; cela n’est pas moins évident. Quand vous affirmez ces hautes vérités, il est tout simple que votre affirmation rencontre la négation ; il est tout simple que votre foi rencontre l’incrédulité ; il est tout simple... [Lire la suite]
lundi 16 juillet 2018

Nicolas II et les bolcheviks : massacre familial

« Il n’y a pas de fatalité extérieure. Mais il y a une fatalité intérieure : vient une minute où l’on se découvre vulnérable ; alors les fautes vous attirent comme un vertige. » (Antoine de Saint-Exupéry, 1931).Faut-il voir dans la date du 17 juillet 1918, il y a tout juste cent ans, pour la Russie, ce que fut la date du 21 janvier 1793 pour la France ? La triste mort du souverain, tué par des révolutionnaires sanguinaires ? D’un point de vue politique, l’élimination physique de la famille régnante... [Lire la suite]
mardi 2 janvier 2018

Clemenceau, Macron et la guerre civile européenne (2)

« Ni trahison, ni demi-trahison. La guerre. Rien que la guerre. (…) Un jour, de Paris au plus humble village, des rafales d’acclamations accueilleront nos étendards vainqueurs, tordus dans le sang, dans les larmes, déchirés des obus, magnifique apparition de nos grands morts. Ce jour (…), il est en notre pouvoir de le faire. ». (Georges Clemenceau, le 20 novembre 1917 devant les députés). Seconde partie.Dans l'article précédent, j'ai évoqué Emmanuel Macron qui voudrait faire de l'année 1917-1918 une année Clemenceau.Revenons... [Lire la suite]
lundi 13 novembre 2017

Clemenceau, Macron et la guerre civile européenne (1)

« Ni trahison, ni demi-trahison. La guerre. Rien que la guerre. (…) Un jour, de Paris au plus humble village, des rafales d’acclamations accueilleront nos étendards vainqueurs, tordus dans le sang, dans les larmes, déchirés des obus, magnifique apparition de nos grands morts. Ce jour (…), il est en notre pouvoir de le faire. ». (Georges Clemenceau, le 20 novembre 1917 devant les députés). Première partie.Décidément, le Président Emmanuel Macron aura réussi à reprendre l’incarnation de la France dans tous les domaines... [Lire la suite]