vendredi 16 février 2018

Européennes 2019 : le retour enfin aux listes nationales (1/2)

« Cette consultation, eu égard aux compétences du Parlement Européen, n’a pas pour objet de dégager une majorité de gouvernement. Dans ces conditions, le législateur a estimé souhaitable de faire en sorte que toutes les sensibilités politiques puissent être représentées au Parlement de Strasbourg. Le choix de la représentation proportionnelle répond à un tel objectif, auquel un seul correctif a été apporté : l’exclusion de la répartition des sièges des listes n’ayant pas obtenu au moins 5% des suffrages exprimés évite un... [Lire la suite]
mercredi 31 janvier 2018

FAQ NDDL

« Lorsque nous sommes entrés en fonction, il y a huit mois, la situation était totalement bloquée. Elle était non seulement bloquée, mais elle était dangereuse pour la sécurité des personnes et contraire au respect de l’État de droit. (…) Mais s’il y a bien un seul point sur lequel au plan local, comme au plan national, tout le monde s’accorde, opposants comme partisans, c’est la nécessité de sortir de cette situation. Rien n’est pire que l’incertitude. Aussi, comme sur d’autres sujets, nous avons décidé de trancher la question,... [Lire la suite]
mardi 16 janvier 2018

Notre-Dame-des-Landes, symbole de la mauvaise gouvernance

« La Shadokkaravelle fendait l’espace sous le commandement de principe du Marin Shadok qui, comme à l’ordinaire, était le plus souvent… "sous influence". Si bien que personne en fait ne regardait où l’on allait. Mais il disait que dans la Marine, c’était l’usage, et qu’il est beaucoup plus intéressant de regarder où l’on ne va pas pour la bonne raison que, là où l’on va, il sera toujours temps d’y regarder quand on y sera ; et que, de toute façon, ça ne sera jamais en fin de compte que de l’eau. Il n’empêche qu’il fallait... [Lire la suite]
mardi 9 janvier 2018

Sécurité routière : sauver des vies avant tout !

« Je sais que si nous annonçons cette mesure, je serai critiqué. Mais je sais qu’elle va sauver des vies, et je veux sauver des vies. Je comprends les arguments, et même la mauvaise humeur, mais je ne le fais pas pour augmenter les recettes de l’État, d’ailleurs, nous annoncerons des choses à ce sujet. Et si pour sauver des vies, il faut être impopulaire, j’accepte de l’être. » (Édouard Philippe, "Journal du dimanche" du 7 janvier 2018).La sécurité routière, en France, est un sujet très sensible et très passionnel.... [Lire la suite]
mardi 2 janvier 2018

Clemenceau, Macron et la guerre civile européenne (2)

« Ni trahison, ni demi-trahison. La guerre. Rien que la guerre. (…) Un jour, de Paris au plus humble village, des rafales d’acclamations accueilleront nos étendards vainqueurs, tordus dans le sang, dans les larmes, déchirés des obus, magnifique apparition de nos grands morts. Ce jour (…), il est en notre pouvoir de le faire. ». (Georges Clemenceau, le 20 novembre 1917 devant les députés). Seconde partie.Dans l'article précédent, j'ai évoqué Emmanuel Macron qui voudrait faire de l'année 1917-1918 une année Clemenceau.Revenons... [Lire la suite]
lundi 1 janvier 2018

Jusqu’ici, tout va bien !

« Celui qui peut moralement tenir le plus longtemps est le vainqueur : celui qui est vainqueur, c’est celui qui peut, un quart d’heure de plus que l’adversaire, croire qu’il n’est pas vaincu. » (Clemenceau, le 8 mars 1918 à la Chambre des députés).Jusqu’ici, tout va bien ! Cette fameuse réplique du non moins fameux film de Mathieu Kassovitz "La Haine" sorti avec fureur le 31 mai 1995 pourrait bien s’appliquer à cette fin d’année 2017 : « C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de cinquante... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:43:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 29 décembre 2017

Emmanuel Macron, le Président des Lumières ? (2/2)

« Au fond, notre pays (…) aime la finance magique. Il aime cette finance où on peut baisser les impôts sans que jamais la dépense publique, quant à elle, ne baisse. Il veut que l’économie soit toujours le problème de l’autre, mais à la fin, nous nous  y retrouvons et ma fonction m’oblige à une chose, la cohérence, à la responsabilité devant tous les Français et à la responsabilité devant tous nos partenaires devant des engagements que nous avons librement consentis. Quelle crédibilité aurait la France si elle ne tenait pas... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 28 décembre 2017

Le panda chouchouté par Brigitte Macron

« Le plus beau spectacle est celui que nous donne la nature. » (Aristote, cité par Brigitte Macron le 4 décembre 2017 à Saint-Aignan).Il y a des informations particulièrement étonnantes et celle-ci en est une, mais une positive, cela change un peu des mauvaises nouvelles… Ceux qui n’ont rien à faire de l’agenda de la femme du Président de la République sont malgré tout régulièrement bombardés, euh, je veux dire, tenus au courant de l’activité brigittienne au moyen de nombreuses "brèves" distillées dans les médias depuis sept... [Lire la suite]
mardi 19 décembre 2017

Emmanuel Macron, le Président des Lumières ? (1/2)

« Au fond, notre pays (…) aime la finance magique. Il aime cette finance où on peut baisser les impôts sans que jamais la dépense publique, quant à elle, ne baisse. Il veut que l’économie soit toujours le problème de l’autre, mais à la fin, nous nous  y retrouvons et ma fonction m’oblige à une chose, la cohérence, à la responsabilité devant tous les Français et à la responsabilité devant tous nos partenaires devant des engagements que nous avons librement consentis. Quelle crédibilité aurait la France si elle ne tenait pas... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:23:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 13 décembre 2017

La France est-elle Johnny ?

« Nous sommes là avec sa famille : avec Sylvie Vartan, Nathalie Baye, Laeticia Hallyday ; avec ses enfants David, Laura, Joy et Jade, avec ses petits enfants, Emma, Ilona, Cameron. Et je n’oublie pas que pour eux, c’est aussi un jour de souffrance intime. Nous vous avons si souvent volé votre mari, votre père, votre grand-père, aujourd’hui, nous devons aussi vous le laisser un peu parce que deuil est d’abord le vôtre. » (Emmanuel Macron, le 9 décembre 2017 à Paris).Petite réflexion sur la johnnymania qui s’est... [Lire la suite]