mardi 16 janvier 2018

Notre-Dame-des-Landes, symbole de la mauvaise gouvernance

« La Shadokkaravelle fendait l’espace sous le commandement de principe du Marin Shadok qui, comme à l’ordinaire, était le plus souvent… "sous influence". Si bien que personne en fait ne regardait où l’on allait. Mais il disait que dans la Marine, c’était l’usage, et qu’il est beaucoup plus intéressant de regarder où l’on ne va pas pour la bonne raison que, là où l’on va, il sera toujours temps d’y regarder quand on y sera ; et que, de toute façon, ça ne sera jamais en fin de compte que de l’eau. Il n’empêche qu’il fallait... [Lire la suite]
mardi 9 janvier 2018

Sécurité routière : sauver des vies avant tout !

« Je sais que si nous annonçons cette mesure, je serai critiqué. Mais je sais qu’elle va sauver des vies, et je veux sauver des vies. Je comprends les arguments, et même la mauvaise humeur, mais je ne le fais pas pour augmenter les recettes de l’État, d’ailleurs, nous annoncerons des choses à ce sujet. Et si pour sauver des vies, il faut être impopulaire, j’accepte de l’être. » (Édouard Philippe, "Journal du dimanche" du 7 janvier 2018).La sécurité routière, en France, est un sujet très sensible et très passionnel.... [Lire la suite]
mardi 2 janvier 2018

Clemenceau, Macron et la guerre civile européenne (2)

« Ni trahison, ni demi-trahison. La guerre. Rien que la guerre. (…) Un jour, de Paris au plus humble village, des rafales d’acclamations accueilleront nos étendards vainqueurs, tordus dans le sang, dans les larmes, déchirés des obus, magnifique apparition de nos grands morts. Ce jour (…), il est en notre pouvoir de le faire. ». (Georges Clemenceau, le 20 novembre 1917 devant les députés). Seconde partie.Dans l'article précédent, j'ai évoqué Emmanuel Macron qui voudrait faire de l'année 1917-1918 une année Clemenceau.Revenons... [Lire la suite]
lundi 1 janvier 2018

Jusqu’ici, tout va bien !

« Celui qui peut moralement tenir le plus longtemps est le vainqueur : celui qui est vainqueur, c’est celui qui peut, un quart d’heure de plus que l’adversaire, croire qu’il n’est pas vaincu. » (Clemenceau, le 8 mars 1918 à la Chambre des députés).Jusqu’ici, tout va bien ! Cette fameuse réplique du non moins fameux film de Mathieu Kassovitz "La Haine" sorti avec fureur le 31 mai 1995 pourrait bien s’appliquer à cette fin d’année 2017 : « C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de cinquante... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:43:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 29 décembre 2017

Emmanuel Macron, le Président des Lumières ? (2/2)

« Au fond, notre pays (…) aime la finance magique. Il aime cette finance où on peut baisser les impôts sans que jamais la dépense publique, quant à elle, ne baisse. Il veut que l’économie soit toujours le problème de l’autre, mais à la fin, nous nous  y retrouvons et ma fonction m’oblige à une chose, la cohérence, à la responsabilité devant tous les Français et à la responsabilité devant tous nos partenaires devant des engagements que nous avons librement consentis. Quelle crédibilité aurait la France si elle ne tenait pas... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 28 décembre 2017

Le panda chouchouté par Brigitte Macron

« Le plus beau spectacle est celui que nous donne la nature. » (Aristote, cité par Brigitte Macron le 4 décembre 2017 à Saint-Aignan).Il y a des informations particulièrement étonnantes et celle-ci en est une, mais une positive, cela change un peu des mauvaises nouvelles… Ceux qui n’ont rien à faire de l’agenda de la femme du Président de la République sont malgré tout régulièrement bombardés, euh, je veux dire, tenus au courant de l’activité brigittienne au moyen de nombreuses "brèves" distillées dans les médias depuis sept... [Lire la suite]
mardi 19 décembre 2017

Emmanuel Macron, le Président des Lumières ? (1/2)

« Au fond, notre pays (…) aime la finance magique. Il aime cette finance où on peut baisser les impôts sans que jamais la dépense publique, quant à elle, ne baisse. Il veut que l’économie soit toujours le problème de l’autre, mais à la fin, nous nous  y retrouvons et ma fonction m’oblige à une chose, la cohérence, à la responsabilité devant tous les Français et à la responsabilité devant tous nos partenaires devant des engagements que nous avons librement consentis. Quelle crédibilité aurait la France si elle ne tenait pas... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:23:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 13 décembre 2017

La France est-elle Johnny ?

« Nous sommes là avec sa famille : avec Sylvie Vartan, Nathalie Baye, Laeticia Hallyday ; avec ses enfants David, Laura, Joy et Jade, avec ses petits-enfants, Emma, Ilona, Cameron. Et je n’oublie pas que pour eux, c’est aussi un jour de souffrance intime. Nous vous avons si souvent volé votre mari, votre père, votre grand-père, aujourd’hui, nous devons aussi vous le laisser un peu parce que deuil est d’abord le vôtre. » (Emmanuel Macron, le 9 décembre 2017 à Paris).Petite réflexion sur la johnnymania qui s’est... [Lire la suite]
mercredi 22 novembre 2017

Territoires : Emmanuel Macron et le pari de Levinas

« Nous sommes dans un pays qui s’est construit par la norme, par la langue, par l’État, par l’impôt, il faut bien le dire aussi, par son administration, et dont les grands vecteurs en quelques sortes d’homogénéité ont été imposés d’en haut. Or, notre pays est fait de géographies multiples, nous restons éminemment un pays de terroirs et de géographes, et dans une mondialisation qui tend à tout homogénéiser, l’attachement de nos concitoyens à leur quotidien, à la réalité de leur territoire est encore plus grand chaque jour. »... [Lire la suite]
lundi 20 novembre 2017

Non au scrutin proportionnel !

« La représentation proportionnelle est un système évidemment raisonnable et évidemment juste ; seulement, partout où on l'a essayée, elle a produit des effets imprévus et tout à fait funestes, par la formation d'une poussière de partis, dont chacun est sans force pour gouverner, mais très puissant pour empêcher. C'est ainsi que la politique devint un jeu des politiques. » (Alain, "Propos", le 1er septembre 1934).Depuis une douzaine d’années, tous les nouveaux Présidents de la République veulent réformer les... [Lire la suite]