lundi 24 mai 2021

Claude Piéplu aimait Jacques Prévert (et moi, j’aimais Piéplu)

« Au loin déjà la mer s’est retiréeMais dans tes yeux entrouvertsDeux petites vagues sont restéesDémons et merveillesVents et maréesDeux petites vagues pour me noyer. »(Jacques Prévert, "Paroles", 1946)Il y a quinze ans, le 24 mai 2006, un comédien, un acteur que j’adorais, s’est éteint. Claude Piéplu, avec sa bonhomie un peu sentencieuse, sa diction insistante, son humour un peu british, son indignation souriante, venait d’avoir 83 ans (né le 9 mai 1923).Grand acteur de cinéma (surtout des comédies qui ont fait les délices... [Lire la suite]
mercredi 19 mai 2021

Jacques Prévert lu par Claude Piéplu à Fontainebleau...

« Au loin déjà la mer s’est retiréeMais dans tes yeux entrouvertsDeux petites vagues sont restéesDémons et merveillesVents et maréesDeux petites vagues pour me noyer. »(Jacques Prévert, "Paroles", 1946)Il y a quinze ans, le 24 mai 2006, un comédien, un acteur que j’adorais, s’est éteint. Claude Piéplu, avec sa bonhomie un peu sentencieuse, sa diction insistante, son humour un peu british, son indignation souriante, venait d’avoir 83 ans (né le 9 mai 1923).Grand acteur de cinéma (surtout des comédies qui ont fait les délices... [Lire la suite]
mercredi 20 mars 2019

Le maréchal Foch a bien mérité de la patrie…

« Durant les longues semaines où, par un dernier prodige de vigueur physique et morale, le maréchal Foch a résisté pied à pied aux assauts de la mort, la France, refusant jusqu’au bout de le croire vaincu, n’a pas mesuré le vide que devait laisser dans le monde la perte de ce grand homme. Nous voici maintenant en présence de la douloureuse réalité, et, tout de suite, nous comprenons que la flamme qui vient de s’éteindre était une des plus ardentes et des plus pures qui eussent jamais leur éclat sur la terre. Comme beaucoup... [Lire la suite]
mardi 29 janvier 2019

Le succès posthume du joyeux impressionniste Alfred Sisley

« Après le sujet, une des qualités les plus intéressantes du paysage est le mouvement, la vie. C’est aussi une des plus difficiles à réaliser. Donner la vie à une œuvre d’art est certes une condition indispensable pour l’artiste digne de ce nom. C’est l’émotion de l’exécutant qui donne la vie et c’est cette émotion qui éveille celle du spectateur. » (Alfred Sisley, janvier 1892).Il y a cent vingt ans, le 29 janvier 1899, à Moret-sur-Loing, en Seine-et-Marne, le peintre impressionniste britannique Alfred Sisley est mort d’un... [Lire la suite]