mercredi 17 juin 2020

Le professeur François Jacob est né il y a 100 ans, le 17 juin 1920 à Nancy

Ancien résistant, biologiste, médecin, académicien, l’homme a eu, très tôt, la pleine consécration de la communauté scientifique pour ses recherches sur la génétique et les bactéries.Dix jours après le professeur Robert Edwards (1925-2013), prix Nobel de Médecine 2010 et père du premier bébé éprouvette, le professeur François Jacob s’est éteint ce samedi 20 avril 2013 à 92 ans. Il fut l’un des grands chercheurs du XXe siècle qui a permis de comprendre beaucoup sur les mécanismes génétiques et dont les travaux ont eu une incidence... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 06:29:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 3 septembre 2017

Thiers et la conversion monarchiste à la République (2)

« Il avait 80 ans, mais sa ferme et lucide intelligence, son incroyable activité de corps et d’esprit, la vivacité de sa conversation et de ses allures, tout nous ôtait jusqu’à l’idée d’une fin prochaine. Ce vieillard, dont l’histoire était celle du pays depuis près de soixante ans, apparaissait déjà comme un personnage légendaire et, cependant, avec le passé, il représentait pour nous, pour la France républicaine et libérale, un avenir long et utile (…). Il avait encore des services à rendre, des conseils à donner, des hommes à... [Lire la suite]
samedi 2 septembre 2017

Thiers et la conversion monarchiste à la République (1)

« J’ai consacré dix années de ma vie à écrire l’histoire de notre immense révolution ; je l’ai écrite sans haine, sans passion, avec un vif amour pour la grandeur de mon pays ; et quand cette révolution a triomphé dans ce qu’elle avait de bon, de juste, d’honorable, je suis venu déposer à vos pieds le tableau que j’avais essayé de tracer de ses longues vicissitudes. (…) Je vous remercie surtout, vous, hommes paisibles, heureusement étrangers pour la plupart aux troubles qui nous agitent, d’avoir discerné au milieu du... [Lire la suite]
samedi 15 avril 2017

Thiers, passeur de République

« J’ai consacré dix années de ma vie à écrire l’histoire de notre immense révolution ; je l’ai écrite sans haine, sans passion, avec un vif amour pour la grandeur de mon pays ; et quand cette révolution a triomphé dans ce qu’elle avait de bon, de juste, d’honorable, je suis venu déposer à vos pieds le tableau que j’avais essayé de tracer de ses longues vicissitudes. (…) Je vous remercie surtout, vous, hommes paisibles, heureusement étrangers pour la plupart aux troubles qui nous agitent, d’avoir discerné au milieu du... [Lire la suite]