mardi 16 juillet 2019

Rwanda 1994 : Bagatelles pour un massacre (2)

« Quant à celui qui n’a pas faim de la Voie, pour qui elle n’est rien, ou toute méprisable, celui-là est prêt pour la cruauté majeure. Il ne le sait pas encore, peut-être, il est encore dans l’illusion de ses bons sentiments, de sa culture, de sa moralité. Il suffira d’un choc, peut-être léger, d’un glissement, d’un écart imprévu. Car il est prêt : fruit bon à cueillir par le premier démon qui imposera, à cet homme vide, sa loi de fer. » (Maurice Bellet, "La Voie", 1982). Seconde et dernière partie.Dans le premier... [Lire la suite]
jeudi 2 mai 2019

Édouard Balladur, le théoricien de la cohabitation

« Il y a eu trois cohabitations, le Président et le Premier Ministre ont appartenu à des familles politiques opposées. J’avais recommandé cette application nouvelle de nos institutions dès 1983, afin que la Ve République sorte de cette alternative stérile, faisant courir des risques inutiles à sa stabilité, voire à sa survie (…). Toutes trois ont eu l’ambition de mettre en œuvre des changements profonds, malgré l’opposition du Président de la République en exercice, qui ne jouait guère plus que le rôle d’un spectateur, mais... [Lire la suite]
samedi 6 avril 2019

François de Grossouvre au cœur de la Mitterrandie

« Mes soupirs et les siens font un langage secretPar où son cœur au mien à tous moments s’engage… »(Corneille, 1632).Il y a vingt-cinq ans, le 7 avril 1994, François de Grossouvre, mystérieux conseiller du Président de la République, est retrouvé sans vie dans son bureau à l’Élysée. Après une courte enquête, on a affirmé qu’il s’agissait d’un suicide, "version" que contestent la famille et ceux qui l’ont approché peu de temps avant sa mort.La vie de François de Grossouvre est d’autant plus étonnante qu’elle le serait... [Lire la suite]
vendredi 5 avril 2019

Rwanda 1994 : Bagatelles pour un massacre (1)

« Quant à celui qui n’a pas faim de la Voie, pour qui elle n’est rien, ou toute méprisable, celui-là est prêt pour la cruauté majeure. Il ne le sait pas encore, peut-être, il est encore dans l’illusion de ses bons sentiments, de sa culture, de sa moralité. Il suffira d’un choc, peut-être léger, d’un glissement, d’un écart imprévu. Car il est prêt : fruit bon à cueillir par le premier démon qui imposera, à cet homme vide, sa loi de fer. » (Maurice Bellet, "La Voie", 1982). Première partie.C’est un petit peu étrange de... [Lire la suite]
samedi 30 mars 2019

Robert Badinter, une conscience nationale

« Monsieur le Président, mesdames, messieurs les députés, j’ai l’honneur, au nom du gouvernement de la République, de demander à l’Assemblée Nationale l’abolition de la peine de mort en France. » (1981).Ces quelques mots introductifs, pleins d’émotion, furent prononcés par Robert Badinter le jeudi 17 septembre 1981 dans l’hémicycle silencieux de l’Assemblée Nationale. Il venait d’être nommé, le 23 juin 1981, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, et fut chargé par le Président de la République François Mitterrand, élu le... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
lundi 17 décembre 2018

Pierre Desgraupes, clairvoyance et indépendance

« Il n’y a pas un professionnel en France qui comprendrait aujourd’hui, sans s’insurger, son départ d’Antenne 2. » (Michèle Cotta, le 15 juin 1983).Le nom de Pierre Desgraupes est quasiment mythique chez les journalistes. Il est né il y a un siècle, le 18 décembre 1918 à Angoulême. Il fut à la fois le journaliste visionnaire et le patron d’un média qui a su trouver son indépendance et sa liberté malgré les lourdes habitudes politiques. Il a disparu il y a plus de vingt-cinq ans, le 17 août 1993 à Paris, à l’âge de 74... [Lire la suite]
mardi 6 novembre 2018

Nouvelle-Calédonie : un timide oui à la France

« Ce jour était le rendez-vous que les Calédoniens et l’État s’étaient donné à eux-mêmes pour surmonter les divisions. Je veux relever ici la promesse tenue depuis trente ans, sans considération des changements de majorité à Paris ou en Nouvelle-Calédonie. (…) Avec le gouvernement, nous avons tenu à la stricte neutralité de l’État dans cette consultation ; et à la plus grande transparence de l’ensemble du processus électoral. Nous avons garanti la loyauté et la sincérité de ce scrutin qui s’est fait sous le regard... [Lire la suite]
vendredi 2 novembre 2018

Paris à l’écoute de la Nouvelle-Calédonie

« La France serait moins belle sans la Nouvelle-Calédonie, parce qu’elle est une part de cette France Monde, de cette France qui existe dans cette région du monde à des dizaines de milliers de kilomètres de Paris mais au cœur de ce qui est la vocation même de la France de rayonner à travers tous les continents et sur toutes les mers. La France serait moins belle sans la Nouvelle-Calédonie parce que la Nouvelle-Calédonie a apporté à toute la France des modèles pour les générations futures et ce premier modèle, c’est celui que nous... [Lire la suite]
mercredi 24 octobre 2018

Nos soldats à Beyrouth, il y a trente-cinq ans…

« En allant à Beyrouth, j’ai voulu m’incliner devant nos soldats morts dans l’accomplissement de leur mission et visiter nos blessés, et rencontrer avec leurs responsables de nombreux éléments de notre contingent. » (François Mitterrand, le 24 octobre 1983 à l’Élysée).Il a exactement trente-cinq ans, le 24 octobre 1983, accompagné de son fidèle Ministre de la Défense Charles Hernu, le Président de la République française François Mitterrand a fait un voyage éclair à Beyrouth de manière totalement imprévu. Et pour... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:03:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
lundi 20 août 2018

Philippe Magnan, l’incarnation du pouvoir

« Le pouvoir est de déchirer l’esprit humain en morceaux que l’on rassemble ensuite sous de nouvelles formes que l’on a choisies. » (George Orwell, "1984").Un homme très distant, habillé d’un manteau sombre, avec un chapeau des années 1960 et une écharpe rouge, cela vous dit quelque chose ? Non, ce n’est pas François Mitterrand, mais l’un de ses meilleurs interprètes au cinéma ou à la télévision, peut-être même meilleur que Jean d’Ormesson voire Michel Bouquet.J’apprécie beaucoup Philippe Magnan qui fête son 70e... [Lire la suite]