vendredi 3 mai 2019

Jean-Marie Tjibaou fut-il un martyr de la cause kanake ?

« Ne t’échauffe pas contre les méchants,Ne jalouse pas les artisans de fausseté ;Vite comme l’herbe ils sont fanés,Flétris comme le vert des prés. »(Bible, Ancien Testament, Psaume 36).On n’était pas obligé d’épouser la cause kanake pour ressentir une très forte émotion à l’annonce de l’assassinat, il y a trente ans, le 4 mai 1989 à Ouvéa, du leader kanak Jean-Marie Tjibaou, ainsi que de son bras droit Yeiwéné Yeiwéné. C’était au cours d’une cérémonie qui commémorait le premier anniversaire de la tragique issue de la... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 09:26:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 2 mai 2019

Édouard Balladur, le théoricien de la cohabitation

« Il y a eu trois cohabitations, le Président et le Premier Ministre ont appartenu à des familles politiques opposées. J’avais recommandé cette application nouvelle de nos institutions dès 1983, afin que la Ve République sorte de cette alternative stérile, faisant courir des risques inutiles à sa stabilité, voire à sa survie (…). Toutes trois ont eu l’ambition de mettre en œuvre des changements profonds, malgré l’opposition du Président de la République en exercice, qui ne jouait guère plus que le rôle d’un spectateur, mais... [Lire la suite]
mercredi 1 mai 2019

Ce que la liste UDI menée par Jean-Christophe Lagarde propose pour démocratiser les institutions européennes

« Il y a un paradoxe : on a passé des mois à dire qu’il fallait redonner de la vigueur à notre démocratie et l’on considérerait qu’il n’est pas important d’aller voter ? Décider de ne pas aller voter, c’est décider de donner sa voix à ceux qui ne veulent que détruire. » (Emmanuel Macron, déclarations avec la presse régionale, 20 mai 2019).La question que je pose dans le titre, à savoir, "L’Union Européenne est-elle démocratique ?" peut prêter à sourire plus qu’à réfléchir. La réponse paraît immédiate,... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:49:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mardi 30 avril 2019

L’envol d’Anémone

« Ce n’est pas parce qu’un gosse, il n’est pas désiré qu’il n’est pas aimé. » (Anémone, 30 avril 2011).Quelle tristesse pour le cinéma français !. En quelques jours, deux acteurs de très grand talent sont partis vers d’autres rives. Après Jean-Pierre Marielle, c’est l’actrice Anémone qui est partie à Poitiers ce mardi 30 avril 2019, à un âge pourtant pas très avancé, à 68 ans (elle est née le 9 août 1950 à Paris).J’adorais Anémone, sa fraîcheur, son franc-parler à senteurs de douche froide, sa liberté totale. Elle était... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 22:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 28 avril 2019

Zizi Jeanmaire et ses 95 plumes de vie

« Le flot qui l’apporta recule ensorcelé, dérouté par un type de monstre antitraditionnel, né d’un mariage entre ce qui s’explique : le savoir, et ce qui ne s’explique pas : l’auréole. » (Jean Cocteau, à propos de Zizi Jeanmaire, cité par www.roland-petit.fr).Malgré l’âge très avancé, elle est restée la belle et jeune femme élancée qu’elle a toujours été. Actrice, chanteuse, meneuse de revue de cabaret, elle a surtout été une danseuse étoile de ballet. Zizi Jeanmaire fête ce lundi 29 avril 2019 son 95e anniversaire... [Lire la suite]
samedi 27 avril 2019

De Gaulle, kamikaze référendaire au nom de la démocratie

« Est-ce que j’ai jamais attenté aux libertés publiques fondamentales ? Je les ai rétablies. Et y ai-je une seconde attenté jamais ? Pourquoi voulez-vous qu’à 67 ans, je commence une carrière de dictateur ? » (Charles De Gaulle, le 19 mai 1958, conférence de presse au Palais d’Orsay, à Paris).Ces quelques mots pleins de dérision, De Gaulle les a prononcés alors qu’il n’était pas encore revenu au pouvoir et qu’on lui prêtait de sombres projets de dictature militaire. Il n’en a évidemment rien été, et la suite... [Lire la suite]
vendredi 26 avril 2019

Emmanuel Macron et l’art d’être Français

« Est-ce qu’il faudrait tout arrêter de ce qui a été fait depuis deux ans ? Je me suis posé la question : "est-ce qu’on a fait fausse route ?". Je crois tout le contraire, je crois que les transformations en cours et les transformations indispensables à faire dans notre pays ne doivent pas être arrêtées parce qu’elles répondent profondément à l’aspiration de nos concitoyens. (…) Alors la réponse n’est pas dans le reniement mais je crois dans la définition plus profonde d’une nouvelle ambition. » (Emmanuel... [Lire la suite]
jeudi 25 avril 2019

Jean-Pierre Marielle ou le bonheur précieux de la comédie française

« C’est à pleurer tellement tu es belle, je n’ose même pas toucher ! » ("Les galettes de Pont-Aven", 1975).Coincé entre Dick Rivers et Abbassi Madani, l’acteur Jean-Pierre Marielle, tout dans sa bonne humeur, s’est retrouvé ce mercredi 24 avril 2019 aux portes du paradis (ou de l’enfer ?). Parti malade à l’âge de 87 ans (il est né le 12 avbril 1932) de l’hôpital de Saint-Cloud, il est allé retrouver notamment ses deux compères des "Grands Ducs" (1996) Philippe Noiret et Jean Rochefort. La petite "bande" du... [Lire la suite]
jeudi 25 avril 2019

Jacques Rouxel, inspirateur de la logique quantique des Shadoks

« Ce n’est qu’en essayant continuellement que l’on finit par réussir. Autrement dit, plus ça rate, plus on a de chance que ça marche ! » (Jacques Rouxel).C’était un grand philosophe qui est mort à Paris il y a quinze ans, le 25 avril 2004 à l’âge de 73 ans (né à Cherbourg le 26 février 1931). Ses restes reposent au Père-Lachaise. Un grand philosophe du rire pince-sans-rire. Jacques Rouxel était connu avant tout pour avoir été le génial créateur des Shadoks qui avaient célébré leur cinquantenaire l’année dernière.Les... [Lire la suite]
mercredi 24 avril 2019

Le destin tronqué de Vincent Lambert

« Tout est noir. Je suis dans le noir. (…) J’ai beau regarder de toutes mes forces, je ne vois rien. Rien que ce noir profond. Ai-je les yeux ouverts ou fermés ? Je l’ignore. Que s’est-il passé ? Je l’ignore également. Je sais seulement que je ne suis pas seule : j’entends quelqu’un à côté de moi. (…) En fait, c’est comme si l’hôpital m’était tombé sur le dessus… C’est cela : comme s’il y avait eu un tremblement de terre, et que j’étais ensevelie sous des tonnes de décombres. » (Angèle Lieby, "Une larme... [Lire la suite]