samedi 6 juillet 2019

Georges Mandel, la clairvoyance assassinée

« Mandel vient sans que je l’invite, moyennant quoi j’oublie de le retenir à déjeuner. Mais ne dites pas de mal de ce phénomène. Mandel n’a pas d’idées mais il les défendrait jusqu’à la mort. » (Clemenceau).Dans la forêt de Fontainebleau, il y a soixante-quinze ans, le 7 juillet 1944, un résistant et ancien ministre de la Troisième République fut assassiné par des miliciens collaborateurs, peut-être en représailles à l’assassinat du Ministre de la Propagande Philippe Henriot le 28 juin 1944, mais plus probablement sur ordre... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:37:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 26 juin 2019

Le Traité de Versailles et le partage raté de l’Europe

« La guerre (…). Je vois des ruines, de la boue, des files d’hommes fourbus, des bistrots, des bistrots où l’on se bat pour des litres de vin, des gendarmes aux aguets, des troncs d’arbre déchiquetés et des croix de bois, des croix, des croix. » (Roland Dorgelès, 1919).Le Traité de Versailles a été signé solennellement il y a un siècle, le 28 juin 1919. Il a mis fin à la Première Guerre mondiale et a conclu une période qui avait débuté à l’Armistice du 11 novembre 1918. Pour avoir une petite idée du temps qui a séparé... [Lire la suite]
mercredi 20 mars 2019

Le maréchal Foch a bien mérité de la patrie…

« Durant les longues semaines où, par un dernier prodige de vigueur physique et morale, le maréchal Foch a résisté pied à pied aux assauts de la mort, la France, refusant jusqu’au bout de le croire vaincu, n’a pas mesuré le vide que devait laisser dans le monde la perte de ce grand homme. Nous voici maintenant en présence de la douloureuse réalité, et, tout de suite, nous comprenons que la flamme qui vient de s’éteindre était une des plus ardentes et des plus pures qui eussent jamais leur éclat sur la terre. Comme beaucoup... [Lire la suite]
lundi 2 avril 2018

Gambetta, le père de la République contemporaine (1)

« Rien de plus logique, de plus naturel, que les votes et les actes des paysans dont on se plaint quelquefois, sans vouloir tenir compte de l’état d’infériorité intellectuelle où la société les maintient. Ces plaintes sont injustes, elles sont mal fondées, elles se retournent contre ceux qui les profèrent : elles sont le fait de l’organisation d’une société imprévoyante. Les paysans sont intellectuellement en arrière de quelques siècles sur la partie éclairée du pays. Oui, la distance est énorme, entre eux et nous qui avons... [Lire la suite]
mardi 2 janvier 2018

Clemenceau, Macron et la guerre civile européenne (2)

« Ni trahison, ni demi-trahison. La guerre. Rien que la guerre. (…) Un jour, de Paris au plus humble village, des rafales d’acclamations accueilleront nos étendards vainqueurs, tordus dans le sang, dans les larmes, déchirés des obus, magnifique apparition de nos grands morts. Ce jour (…), il est en notre pouvoir de le faire. ». (Georges Clemenceau, le 20 novembre 1917 devant les députés). Seconde partie.Dans l'article précédent, j'ai évoqué Emmanuel Macron qui voudrait faire de l'année 1917-1918 une année Clemenceau.Revenons... [Lire la suite]
dimanche 17 décembre 2017

L’académicienne Marguerite Yourcenar

« L’universel, chez Marguerite Yourcenar, ne se limite pas à la société et à la communauté des hommes. Il n’est pas seulement horizontal ; il est aussi vertical : il établit un lien de cohérence et de continuité entre la matière inanimée et la transcendance, en passant par le tissu du monde, par tous les degrés de la vie, par vos chers animaux, par les sens, par le corps et par l’âme. » (Jean d’Ormesson, le 22 janvier 1981).L’Académie française doit à Jean d’Ormesson d’avoir coopté sa première académicienne. Grande... [Lire la suite]
lundi 13 novembre 2017

Clemenceau, Macron et la guerre civile européenne (1)

« Ni trahison, ni demi-trahison. La guerre. Rien que la guerre. (…) Un jour, de Paris au plus humble village, des rafales d’acclamations accueilleront nos étendards vainqueurs, tordus dans le sang, dans les larmes, déchirés des obus, magnifique apparition de nos grands morts. Ce jour (…), il est en notre pouvoir de le faire. ». (Georges Clemenceau, le 20 novembre 1917 devant les députés). Première partie.Décidément, le Président Emmanuel Macron aura réussi à reprendre l’incarnation de la France dans tous les domaines... [Lire la suite]
mardi 12 septembre 2017

Paul Painlevé, la science et la politique au service de la guerre

« L’heure n’est ni aux longs discours, ni aux longs programmes. Rassembler toutes les forces matérielles et morales de la nation pour la phase suprême de la lutte, c’est le devoir auquel le gouvernement doit et veut se consacrer tout entier. La guerre, à mesure qu’elle se prolonge, exige de tous une abnégation plus complète et un plus grand esprit de sacrifice ; plus nous nous rapprochons du terme, plus la résistance morale de la nation deviendra l’élément essentiel de la victoire. C’est contre cette résistance morale que... [Lire la suite]
dimanche 3 septembre 2017

Thiers et la conversion monarchiste à la République (2)

« Il avait 80 ans, mais sa ferme et lucide intelligence, son incroyable activité de corps et d’esprit, la vivacité de sa conversation et de ses allures, tout nous ôtait jusqu’à l’idée d’une fin prochaine. Ce vieillard, dont l’histoire était celle du pays depuis près de soixante ans, apparaissait déjà comme un personnage légendaire et, cependant, avec le passé, il représentait pour nous, pour la France républicaine et libérale, un avenir long et utile (…). Il avait encore des services à rendre, des conseils à donner, des hommes à... [Lire la suite]
samedi 2 septembre 2017

Thiers et la conversion monarchiste à la République (1)

« J’ai consacré dix années de ma vie à écrire l’histoire de notre immense révolution ; je l’ai écrite sans haine, sans passion, avec un vif amour pour la grandeur de mon pays ; et quand cette révolution a triomphé dans ce qu’elle avait de bon, de juste, d’honorable, je suis venu déposer à vos pieds le tableau que j’avais essayé de tracer de ses longues vicissitudes. (…) Je vous remercie surtout, vous, hommes paisibles, heureusement étrangers pour la plupart aux troubles qui nous agitent, d’avoir discerné au milieu du... [Lire la suite]