mercredi 17 mars 2021

La Commune de Paris et la République indivisible, laïque, démocratique et sociale

« C’est la République elle-même triomphante, République, certes conservatrice ou opportuniste, qui cherche à oublier le meurtre rituel qui est à ses origines, la manière dont elle s’est imposée dans le chaos de la défaite de Sedan. Curieux oubli, par les plus hautes figures de la République, de cet épisode sombre et sanglant, de cette "curée froide" oùs la République fut, avant tout, la défense de l’ordre. » (Christian Poncelet, le 4 juin 2003).Ce n’est pas un homme de gauche qui a prononcé ce discours de commémoration, mais... [Lire la suite]
samedi 10 octobre 2020

Daladier aurait-il été un combattant de la Résistance ?

« Ah les c@ns ! S’ils savaient ! » (Édouard Daladier, 30 septembre 1938 au Bourget).Un jour après Edmond Michelet, l’ancien chef du gouvernement français Édouard Daladier est mort il y a cinquante ans, le 10 octobre 1970, à Paris, à l’âge de 86 ans (il est né le 18 juin 1884 à Carpentras). Cela faisait une douzaine d’années qu’il avait quitté la vie politique et il était en fait déjà en quasi-retrait de la scène nationale depuis la fin de la guerre.Nul doute que l’histoire ne retiendra, n’a retenu d’Édouard... [Lire la suite]
samedi 5 septembre 2020

Au Panthéon de la République, Emmanuel Macron défend le droit au blasphème

« La liberté dans notre République est un bloc. (…) C’est la liberté de conscience, et en particulier, la laïcité, ce régime unique au monde qui garantit la liberté de croire ou de ne pas croire, mais qui n’est pas séparable d’une liberté d’expression allant jusqu’au droit au blasphème. (…) Être Français, c’est défendre le droit de faire rire, la liberté de railler, de moquer, de caricaturer, dont Voltaire soutenait qu’elle était la source de toutes les autres. Être Français, c’est être toujours du côté des combattants de la... [Lire la suite]
mercredi 2 septembre 2020

150 ans de traditions républicaines françaises

« Français ! Le peuple a devancé la Chambre, qui hésitait. Pour sauver la patrie en danger, il a demandé la République. Il a mis ses représentants non au pouvoir, mais en péril. La République a vaincu l’invasion en 1792, la République est proclamée. La Révolution est faite au nom du droit, du salut public. Citoyens, veillez sur la cité qui vous est confiée ; demain, vous serez, avec l’armée, les vengeurs de la patrie ! » (Léon Gambetta, le 4 septembre 1870, à l’Hôtel de ville de Paris).Il y a cent cinquante... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:42:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 20 août 2020

Raymond Poincaré, un modèle républicain

« Maintes fois, il m’est arrivé, j’en conviens, de célébrer le caractère désintéressé de la science et même de vanter la recherche d’où s’élimine toute pensée d’application pratique. J’entendais par là que rien n’est plus beau que l’effort continu d’un savant qui poursuit la vérité, sans préoccupation personnelle, et qui n’attend de la science que la satisfaction de la cultiver. Mais un savant a aussi le devoir d’être un citoyen dans sa patrie et un homme dans l’humanité. Il ne doit pas se retrancher de la société qui... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:39:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 16 janvier 2020

Clemenceau, le vieux Tigre abattu

« Cette fois, ce sont les Français qui ont brûlé Jeanne d’Arc ! » (David Lloyd George, Premier Ministre britannique, le 16 janvier 1920).Un épisode qui s’est déroulé il y a un siècle, le 16 janvier 1920, n’avait pas de quoi rendre fier le personnel politique de cette Troisième République à la sortie de la Victoire.Appelé par le Président de la République Raymond Poincaré à la tête du gouvernement le 16 novembre 1917, son vieux rival Georges Clemenceau a persévéré dans la guerre pour conduire la France et ses alliés à la... [Lire la suite]
lundi 2 avril 2018

Gambetta, le père de la République contemporaine (1)

« Rien de plus logique, de plus naturel, que les votes et les actes des paysans dont on se plaint quelquefois, sans vouloir tenir compte de l’état d’infériorité intellectuelle où la société les maintient. Ces plaintes sont injustes, elles sont mal fondées, elles se retournent contre ceux qui les profèrent : elles sont le fait de l’organisation d’une société imprévoyante. Les paysans sont intellectuellement en arrière de quelques siècles sur la partie éclairée du pays. Oui, la distance est énorme, entre eux et nous qui avons... [Lire la suite]
samedi 14 janvier 2017

Vincent Auriol, le premier Président socialiste

« Il est borgne, on le sait. Ce qui ne le rend pas moins louche. Et quand on dit que, peut-être, il ne voit jamais plus loin que le bout de son nez, il faut vite ajouter : et d’un seul côté seulement. » (le 9 novembre 1940 dans "Vendémiaire", hebdomadaire créé par le colonel Maurice Guillaume).Contrairement à la croyance populaire, François Mitterrand n’a pas été le premier socialiste à avoir été élu Président de la République française. Il fut le deuxième. Il y a soixante-dix ans, le 16 janvier 1947, les parlementaires... [Lire la suite]
mardi 15 novembre 2016

Jean Gabin à la rescousse de l’Europe

« Un homme pas plus mal qu’un autre !… Quand on a cette ambition-là, on ouvre un bazar, on ne gouverne pas une nation. Parce que c’est une s@loperie de venir au pouvoir sans avoir une conviction à y appliquer. » (Émile Beaufort dans la bouche de Jean Gabin).L’un des acteurs majeurs du cinéma français, Jean Gabin, est mort à l’hôpital américain de Neuilly-sur-Seine il y a quarante ans, le 15 novembre 1976, à l’âge de 72 ans d’une leucémie. Les grands films auxquels Jean Gabin a participé, aux côtés d’autres grands... [Lire la suite]
mardi 25 octobre 2016

Clemenceau, l’incarnation de l’ordre républicain

« Le gouvernement a pour mission de faire que les bons citoyens soient tranquilles, que les mauvais ne le soient pas. » (Discours au Sénat, le 22 juillet 1917).Ce mardi 25 octobre 2016, les passionnés de l’histoire républicaine de la France célèbrent le cent dixième anniversaire de la désignation de Georges Clemenceau comme Président du Conseil des ministres, c’est-à-dire, sous la IIIe République, le sommet du pouvoir exécutif. À déjà 65 ans, c’était la première fois qu’il dirigeait un gouvernement de la République, ce 25... [Lire la suite]