mercredi 8 avril 2020

Jean-Luc Mélenchon : un peu de décence, taisez-vous !

« L’intelligence est un capitaine qui est toujours en retard d’une bataille. Et qui discute après la bataille. » (Léon-Paul Fargue, 1929).Vous avez remarqué ? Il y a des personnalités qui ont plus d’influence que d'autres. Parce qu’elles sont écoutées, parfois suivies. Elles ne sont pas forcément majoritaires, mais elles peuvent faire évoluer la pensée de nombreuses personnes. Celles-ci ont donc une responsabilité essentielle. Surtout en période d’état d’urgence sanitaire comme on le vit actuellement depuis un mois.... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:51:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
mardi 3 mars 2020

Vous avez dit motion de censure ?

« Ce travail, qui a été conduit dans un contexte parfois tendu, a témoigné d’exceptionnelles qualités de sang-froid et de maîtrise. Pour assumer leur mission et tout simplement faire leur travail, beaucoup de députés, de la majorité comme des oppositions, ont dû faire face dès le début de leurs travaux à une stratégie d’obstruction délibérée de la part d’une minorité, une stratégie, je me permets de le rappeler puisqu’elle a été présentée et assumée comme telle, qui avait pour unique finalité d’empêcher la tenue du débat ou... [Lire la suite]
samedi 29 février 2020

Article 49 alinéa 3 : le coronavirus avant la réforme des retraites ?

« J’ai décidé d’engager la responsabilité du gouvernement sur le projet de loi instituant un système universel de retraite. Non pour mettre fin au débat mais pour mettre fin à cet épisode de non-débat à un Parlement privé de sa fonction éminente de faire la loi. » (Édouard Philippe, le 29 février 2020 dans l’hémicycle).Petite journée historique dans la gestion des urgences. Après un conseil de défense et un conseil des ministres réuni exceptionnellement un samedi à l’Élysée, le Premier Ministre Édouard Philippe est venu à... [Lire la suite]
jeudi 19 septembre 2019

Jean-Luc Mélenchon, à côté de la plaque !

« Rouler son rocher indéfiniment et attendre qu’il retombe en bas de la montagne. C’était le sens de son message : alors, comment va FI ? ça roule. » (Laurent Joffrin, "Libération" du 24 juin 2019).Faut-il se montrer publiquement arrogant contre le juge chargé de superviser son procès ? Faut-il le provoquer en criant à la justice politique afin de faire pression et de susciter sa clémence ? Quelle drôle de tactique de la terre brûlée qui soumet une justice agacée à la tentation de le sanctionner plus... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:26:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 23 juin 2019

Jean-Luc Mélenchon, le tribun qui tourne à vide

« Rouler son rocher indéfiniment et attendre qu’il retombe en bas de la montagne. C’était le sens de son message : alors, comment va FI ? ça roule. » (Laurent Joffrin, "Libération" du 24 juin 2019).Faut-il se montrer publiquement arrogant contre le juge chargé de superviser son procès ? Faut-il le provoquer en criant à la justice politique afin de faire pression et de susciter sa clémence ? Quelle drôle de tactique de la terre brûlée qui soumet une justice agacée à la tentation de le sanctionner plus... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 23:06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 12 décembre 2018

Strasbourg : la France, du jaune au noir

Solidarité, compassion et recueillement pour nos amis les Alsaciens. L’heure est à l’apaisement et à la responsabilité, pas à la récupération politicienne ni à la surenchère.Les drapeaux sont en berne. La capitale alsacienne vit des heures tragiques depuis la soirée de ce mardi 11 décembre 2018. Un assassin a tiré plusieurs fois dans la foule venue au fameux Marché de Noël en plein centre de Strasbourg. Cet attentat a provoqué au moins deux morts voire trois (une personne serait en état de mort cérébrale), et treize blessés, dont sept... [Lire la suite]
vendredi 30 novembre 2018

La Révolution en deux ans

« 19h55. (…) Personne ne parle. Nos regards se croisent. Nos yeux s’évitent. L’air manque. Le Président relit son texte. [Nadia] retouche une dernière fois son maquillage. [Stéphane] réajuste sa cravate. [Virginie] vérifie que tout est en place pour la retransmission en direct. L’aide de camp attend. 19h56. Je chuchote à l’aide de camp : "Tu entres juste avant le Président. Tu déposes le texte sur le pupitre. Tu seras filmé, mais, à mon avis, non retransmis en direct". 19h57. Je demande à Virginie : "Tout est... [Lire la suite]
dimanche 21 octobre 2018

Le Radeau de la Méluche

« Il ne m’appartient pas, monsieur le président Mélenchon, il n’appartient d’ailleurs en vérité à aucun d’entre nous, de remettre en cause le texte constitutionnel et le principe fondamental de l’indépendance de la justice. Si vous voulez porter le débat sur l’indépendance de la justice sur le terrain politique, convenons-en, ce sera un débat politique. Mais dans l’accomplissement des procédures judiciaires, je le dis, mesdames et messieurs les députés, avec le plus grand calme : dans l’accomplissement des procédures... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:32:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 3 octobre 2018

Cinquième République : pour ses 60 ans, chérissons-la !

« Ne touchons que d’une main tremblante à des institutions qui sont le socle de la République ! » (Pierre Mazeaud, alors Président du Conseil Constitutionnel, le 3 janvier 2006).La Constitution de la Cinquième République a 60 ans ce jeudi 4 octobre 2018. 60 ans, c'est beaucoup en France pour un régime républicain ! Historiquement, seule la Troisième République "bat" la république actuelle, avec presque 70 ans. Dans dix ans, si les gouvernants sont raisonnables et responsables, nous battrons ce record de longévité. Pas... [Lire la suite]
jeudi 19 octobre 2017

Traité de Maastricht : l’euro approuvé par le peuple français (3)

« Je crois que l’erreur est dans le fait que pendant quarante ans, on n’ait jamais vraiment saisi notre peuple sur des choix européens, de telle sorte que peu à peu, ce problème a été traité entre spécialistes, diplomates. (…) Chacun a estimé que l’Europe était suffisamment connue et c’est une erreur d’appréciation. On voit bien au moment où, pour la première fois, on s’adresse véritablement au peuple pour qu’il décide, on lui donne, on lui restitue son pouvoir, on s’aperçoit qu’il y a un travail pédagogique d’éducation,... [Lire la suite]