vendredi 18 août 2017

Jérôme Monod, l’ombre de Jacques Chirac

« La politique m’a pris sans que je la cherche. »L’ancien proche du Président Jacques Chirac et haut fonctionnaire Jérôme Monod est mort il y a un an, le 18 août 2016, pas loin de ses 86 ans (né le 7 septembre 1930). Sans avoir vraiment été un acteur de la vie politique sauf pendant trois ans, il a été l’éminence grise de l’un de ceux qui ont dominé la vie politique de la Ve République, et à ce titre, un témoin privilégié des praticiens de la politique.Jacques Monod faisait partie d’une grande et ancienne famille... [Lire la suite]
mardi 27 juin 2017

Jean-Louis Debré, haut perché

« Il semblerait que l’ambition de Jean-Louis Debré ne soit pas de faire gagner son camp mais de monter en grade dans la machine à faire perdre. » (Christian Estrosi, "Le Nouvel Obs" du 16 octobre 2008).L’ouverture de la XVe législature de la Ve République a lieu ce mardi 27 juin 2017. Le premier acte des députés élus les 11 et 18 juin 2017 est d’élire leur nouveau Président de l’Assemblée Nationale, quatrième personnage de l’État. Son rôle est de diriger les travaux de cette assemblée et de la représenter. Si la figure... [Lire la suite]
samedi 2 juillet 2016

Edgard Pisani, une certaine idée du monde (2)

« Il ne nous est pas possible de croire que l’effort national est du domaine particulier de tel ou tel : de l’État, de l’usine, du marchand, du travailleur ou du banquier. Il exige l’effort de tous et l’art de gouverner, c’est désormais l’art de créer les conditions de la libre mobilisation de toutes les forces nationales. C’est d’abord l’art du consensus. » (Conclusion du Rapport Pisani du 13 octobre 1978). Seconde et dernière partie.Edgard Pisani vient de s’éteindre à 97 ans. Après avoir évoqué le haut fonctionnaire... [Lire la suite]
samedi 25 juin 2016

Edgard Pisani, une certaine idée du monde (1)

« Les désordres que pourrait provoquer le déséquilibre de notre balance (monnaie, emploi, indépendance) seraient tels que la tentation serait bientôt irrésistible de fermer, sélectivement d’abord, puis plus largement, nos frontières. Ce n’est que par une action concertée mais rigoureuse de l’État, des entreprises et des travailleurs et non par un abandon de notre économie aux prétendues lois du marché que nous pouvons le mieux, que nous pouvons seulement affronter la concurrence extérieure sans risque d’être submergés. »... [Lire la suite]