mardi 13 mars 2018

Et voici qu’Emmanuel Hollande revient…

« Nous devons changer en ayant notre manière de nous opposer, en proposant. » (Olivier Faure, sur LCI le 7 mars 2018).On se souvient que le candidat malheureux à l’élection présidentielle, François Fillon, avait appelé Emmanuel Hollande son concurrent Emmanuel Macron, pour dire que voter pour lui revenait à voter pour le Président sortant. Heureusement pour la France, la suite a montré qu’il n’en était rien et qu’Emmanuel Macron n’était pas François Hollande.Sur les téléviseurs, les rares Français intéressés par ce qu’il se... [Lire la suite]
jeudi 7 septembre 2017

La XVe législature de la Ve République (2)

Le démarrage fut un peu chaotique dans l’Hémicycle : « La promesse de cette élection présidentielle et des élections législatives qui l’ont suivie était d’entrer dans un nouveau monde. Dans quel nouveau monde sommes-nous, désormais ? Nous avons commencé la séance à quinze heures. Il est désormais près de vingt-trois heures. (…) Franchement, il y a des moments où on est plus fier d’être député que ce soir. Je le répète, il y a des gens, en dehors de cet hémicycle, qui nous regardent. » (Olivier Faure, député PS, le... [Lire la suite]
mardi 5 septembre 2017

La XVe législature de la Ve République (1)

Le démarrage fut un peu chaotique dans l’Hémicycle : « Il est arrivé, et il arrivera encore à ceux qui siègent sur ces bancs d’imaginer qu’ils sont seuls et qu’ils vivent dans une bulle. C’est arrivé à tout le monde, mais la vérité, c’est que nous ne sommes pas seuls et que des gens nous regardent. Et ces gens se demandent ce que c’est que cette assemblée qui n’arrive pas à se mettre d’accord sur son propre fonctionnement. (…) Seconde après seconde, minute après minute, heure après heure, nous assistons à un spectacle que je... [Lire la suite]
mardi 25 juillet 2017

Emmanuel Macron aux armées : silence, c’est moi le chef !

« Le général de Villiers a exprimé (…) un désaccord. Il en a, bien sûr, parfaitement le droit. Il a parfaitement le droit d’exprimer un désaccord avec le chef des armées. Mais, comme un militaire, avec honneur, il ne peut pas contester le choix fait par son chef. Il a donc tiré les conséquences du désaccord qu’il avait lui-même exprimé. (…) Dans cette histoire, chacun est dans son rôle : le chef d’état-major des armées, qui exprime son avis et en tire les conséquences, et le Président de la République, qui est l’autorité en... [Lire la suite]