samedi 21 janvier 2023

L'exécution de Louis XVI, le péché originel de la République française ?

« Il y a dans le processus démocratique et dans son fonctionnement un absent. Dans la politique française, cet absent est la figure du roi (…). La Terreur a creusé un vide émotionnel, imaginaire, collectif : le roi n'est plus là ! On a essayé ensuite de réinvestir ce vide, d'y placer d'autres figures : ce sont les moments napoléonien et gaulliste, notamment. Le reste du temps, la démocratie française ne remplit pas l'espace. On le voit bien avec l'interrogation permanente sur la figure présidentielle, qui vaut... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
vendredi 30 avril 2021

Napoléon, De Gaulle et…

« Il fallut donc songer à établir un chef suprême qui fût l’enfant de la Révolution, un chef en qui la loi corrompue dans la source, protégeât la corruption, et fît alliance avec elle. (…) On désespéra de trouver parmi les Français un front qui osât porter la couronne de Louis XVI. Un étranger se présenta : il fut choisi. » (Chateaubriand, le 30 mars 1814).La polémique sur la célébration du 200e anniversaire de la mort de Napoléon Ier, le 5 mai 1821, est assez curieuse et typiquement dans l’ornière des polémiques... [Lire la suite]
lundi 12 août 2019

Napoléon, pour ou contre ?

« Du sublime au ridicule, il n’y a qu’un pas. » (Napoléon, 2 décembre 1804).Il y a 250 ans, le 15 août 1769, à Ajaccio, est né Napoléon Bonaparte (dans sa forme francisée), devenu Napoléon 1er, que j’appellerai simplement Napoléon pour plus de facilité. Napoléon, il n’y a aucun doute, est connu de tout le monde. Dans la hiérarchie des célébrités, il se place au sommet, à l’égal de Louis XIV, de Jeanne d’Arc, de Charlemagne et de Jules César. On peut même dire qu’il supplante dans la mythologie nationale De Gaulle,... [Lire la suite]
mercredi 23 août 2017

Saint-Just : on ne fait pas la révolution innocemment !

« Je ne suis d’aucune faction. Je les combattrai toutes. » (Saint-Just, le 27 juillet 1794).Le jeune avocat Louis-Antoine de Saint-Just n’était pas un saint de la Révolution française, mais il en a été l’un des milliers de martyrs : à son époque, la lame aiguisée de la guillotine fonctionnait à plein régime et imposait sa loi implacable. Il l’a connue à l’âge de 26 ans dans la logique suicidaire de la Terreur. Saint-Just, figure importante de la Révolution, est né il y a deux cent cinquante ans, le 25 août 1767. C’est... [Lire la suite]