lundi 11 mars 2019

Les Radicaux en marche vers l’Europe

« À partir d’aujourd’hui, il n’y a plus que des radicaux sociaux, libéraux, humanistes, laïcs et européens. (…) C’est avec cet état d’esprit que nous allons bâtir une force politique de premier plan, car il est grand temps que les radicaux soient de retour. C’est mon ambition, c’est notre ambition ! Aujourd’hui, nous affirmons notre indépendance et notre liberté dans le chahut de la recomposition politique. » (Laurent Hénart, le 9 mars 2019 à Paris).Le premier congrès du Mouvement radical a eu lieu ce samedi 9 mars 2019... [Lire la suite]
dimanche 10 mars 2019

Laurent Hénart, seul président des radicaux réunifiés le 9 mars 2019

« À partir d’aujourd’hui, il n’y a plus que des radicaux sociaux, libéraux, humanistes, laïcs et européens. (…) C’est avec cet état d’esprit que nous allons bâtir une force politique de premier plan, car il est grand temps que les radicaux soient de retour. C’est mon ambition, c’est notre ambition ! Aujourd’hui, nous affirmons notre indépendance et notre liberté dans le chahut de la recomposition politique. » (Laurent Hénart, le 9 mars 2019 à Paris).Le premier congrès du Mouvement radical a eu lieu ce samedi 9 mars 2019... [Lire la suite]
mercredi 6 mars 2019

L’unité des radicaux

« Notre postulat humaniste est sans égal. La politique ne se mesure pas de manière arithmétique, ce n’est pas de la tuyauterie (…). Si nous avons, nous, la certitude d’être la formation humaniste de ce pays, celle dont il a besoin parce qu’on ne peut pas avancer dans l’Histoire sans justice, alors demain est à nous, il faut le croire, il faut le dire, il faut le partager. (…) Cette ambition, notre ambition humaniste, s’est traduite en actes politiques fondateurs qui sont dans nos livres, que nos enfants et petits-enfants... [Lire la suite]
vendredi 23 décembre 2016

Robert Fabre, le troisième homme

« Robert Fabre apparaît véritablement sur le devant de la scène politique [à la] suite [d’une] scission (celle du Parti radical en 1971) et qu’il en sort à l’occasion d’une rupture (celle de l’union de la gauche en 1978). (…) Après avoir refusé en 1971 la "dérive droitière" du Parti radical nouvellement conquis par Jean-Jacques Servan-Schreiber, il refuse en 1978 la "dérive collectiviste" que tente d’imposer à la gauche unie le Parti communiste de Georges Marchais, entre temps il est celui qui aura inscrit le radicalisme dans la... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:52:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :