jeudi 12 janvier 2017

Le rêve désespéré de Jean-Christophe Cambadélis

« Le seul qui peut réunir un tant soit peu la gauche, c’est François Hollande. » ("Libération", le 18 avril 2016).Ce jeudi 12 janvier 2017 à 21 heures a lieu sur TF1 une première : le premier des trois débats prévus de la primaire socialiste qui départagera Manuel Valls, Benoît Hamon, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon, Sylvia Pinel, François de Rugy et Jean-Luc Bennahmias les 22 et 29 janvier 2017. Le niveau d’audience donnera sans doute une indication sur le niveau de la participation électorale.Pour Jean-Christophe... [Lire la suite]
mardi 10 janvier 2017

Présidentielle 2017 : janvier, le tournant ?

« L’élection présidentielle est un moment formidable de rencontres avec les gens. En fait, c’est le seul moment en politique où l’on vous écoute vraiment. C’est le moment où des millions de gens viennent dans le secret de l’isoloir, ayant réfléchi en conscience et interrogé leurs idées et attentes, peut-être même le côté affectif de ce qu’ils sont, mettre votre nom dans une urne. (…) C’est un moment de rencontre extraordinaire avec la France, quelque chose de profondément passionnant. » (François Bayrou, LCI le 3 janvier... [Lire la suite]
samedi 17 décembre 2016

Vincent Peillon le dilettante, candidat hors sol

« Vincent Peillon, c’est une espèce de bouffonnerie permanente sur la morale. Vous savez comment Hollande, qui parfois peut être encore plus cruel qu’avec moi, le surnomme, et tout le monde le surnomme ? Le serpent. » (Éric Besson, sur France 5 le 9 mai 2011).Il avait disparu de la vie politique nationale le 31 mars 2014 avec le désastre des municipales laissant un Parti socialiste en ruines et achevant le gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Au lieu d’assumer sa politique ministérielle, il avait quitté le navire bien... [Lire la suite]
jeudi 8 décembre 2016

Emmanuel Macron, ramasse-miettes du système politique français

« J’appelle les fainéants, les crasseux, les drogués, les alcooliques, les pédés, les femmes, les parasites, les jeunes, les vieux, les artistes, les taulards, les gouines, les apprentis, les Noirs, les piétons, les Arabes, les Français, les chevelus, les fous, les travestis, les anciens communistes, les abstentionnistes convaincus, tous ceux qui ne comptent pas pour les hommes politiques à voter pour moi, à s’inscrire dans leur mairie et à colporter la nouvelle. » (Coluche, le 30 octobre 1980 à Paris).Je reviens sur la... [Lire la suite]