samedi 26 mars 2022

L’esthétique géométrique géniale de l’illusionniste MC Escher

« Tout cela n’est rien comparé à ce que je vois dans ma tête ! » (MC Escher).L’artiste néerlandais Maurits Cornelis Escher est mort il y a cinquante ans, le 27 mars 1972 à l’âge de 73 ans (il est né le 17 juin 1898). Auteur de plus de 2 500 dessins, lithographies, gravures, etc., il est connu pour être une sorte d’auteur de l’absurde, utilisant son talent pour le dessin et l’art décoratif au service d’un travail très étudié et sophistiqué sur la géométrie et la physique, mais aussi sur les motifs récurrents.J’ai... [Lire la suite]
vendredi 3 janvier 2020

Albert Camus, penseur majeur du XXe siècle

« Ce qui vient après la mort est futile et quelle longue suite de jours pour qui sait être vivant ! » (Albert Camus, le 16 octobre 1942).L’écrivain et philosophe Albert Camus est mort il y a soixante ans, le 4 janvier 1960, à l’âge de 46 ans (il est né le 7 novembre 1913 en Algérie). Amoureux de la vie, il est mort stupidement, comme des milliers d’autres chaque année, d’un accident de la route. À l’époque, on était encore loin des préoccupations de la sécurité routière (il a fallu attendre le gouvernement de Jacques... [Lire la suite]
mardi 26 novembre 2019

Eugène Ionesco est né il y a 110 ans

« Certains critiques m’accusent de défendre un humanisme abstrait, l’homme de nulle part. En réalité, je suis pour l’homme de partout ; pour mon ennemi comme pour mon ami. L’homme de partout est l’homme concret. L’homme abstrait, c’est l’homme des idéologies : l’homme des idéologies n’existe pas. La condition essentielle de l’homme n’est pas sa condition de citoyen, mais sa condition de mortel. Lorsque je parle de la mort, tout le monde me comprend. La mort n’est ni bourgeoise ni socialiste. Ce qui vient du plus profond... [Lire la suite]
mercredi 27 mars 2019

Eugène Ionesco, le prince de l’insolite

« Certains critiques m’accusent de défendre un humanisme abstrait, l’homme de nulle part. En réalité, je suis pour l’homme de partout ; pour mon ennemi comme pour mon ami. L’homme de partout est l’homme concret. L’homme abstrait, c’est l’homme des idéologies : l’homme des idéologies n’existe pas. La condition essentielle de l’homme n’est pas sa condition de citoyen, mais sa condition de mortel. Lorsque je parle de la mort, tout le monde me comprend. La mort n’est ni bourgeoise ni socialiste. Ce qui vient du plus profond... [Lire la suite]