samedi 25 janvier 2020

Auschwitz, l’horreur humaine absolue

« Il y a eu des mémoires et des histoires, et il fallait un nom et ce fut Yad Vashem. Ici sont conservées les traces du martyr et de l’héroïsme. La mémoire du mal radical et de cet esprit de résistance. C’est pour cela que l’Holocauste ne saurait être une histoire que nous pourrions manipuler ou utiliser ou revisiter. Non ! Il y a la justice, il y a l’histoire avec ses preuves, et il y a l’avis de nos nations. Ne les confondons pas. Au risque de collectivement replonger dans le malheur. Nul n’a le droit de convoquer ses... [Lire la suite]
dimanche 18 novembre 2018

Les 120 ans de Joris Ivens...

« J’ai été quelqu’un de gai, tu sais, malgré ce qui nous est arrivé. Gaie à notre façon, pour se venger d’être triste, et rire quand même. Les gens aimaient ça de moi. Mais je change. Ce n’est pas de l’amertume, je ne suis pas amère. C’est comme si je n’étais déjà plus là. J’écoute la radio, les informations, je sais ce qui se passe et j’en ai peur souvent. Je n’y ai plus ma place. C’est peut-être l’acceptation de la disparition ou un problème de désir. Je ralentis. » (4 février 2015).Lors de la cérémonie d’hommage national... [Lire la suite]
jeudi 20 septembre 2018

Marceline Loridan-Ivens, l’ado rescapée de l’Holocauste

« J’ai été quelqu’un de gai, tu sais, malgré ce qui nous est arrivé. Gaie à notre façon, pour se venger d’être triste, et rire quand même. Les gens aimaient ça de moi. Mais je change. Ce n’est pas de l’amertume, je ne suis pas amère. C’est comme si je n’étais déjà plus là. J’écoute la radio, les informations, je sais ce qui se passe et j’en ai peur souvent. Je n’y ai plus ma place. C’est peut-être l’acceptation de la disparition ou un problème de désir. Je ralentis. » (4 février 2015).Lors de la cérémonie d’hommage national... [Lire la suite]