samedi 23 mars 2019

N’oublions pas le sacrifice du colonel Arnaud Beltrame !

« Accepter de mourir pour que vivent des innocents, tel est le cœur de l’engagement du soldat. Être prêt à donner sa vie parce que rien n’est plus important que la vie d’un concitoyen, tel est le ressort intime de cette transcendance qui le portait. Là était cette grandeur qui a sidéré la France. » (Emmanuel Macron, le 28 mars 2018 aux Invalides à Paris).Cela fait un an qu’un terroriste islamiste a tué quatre personnes et blessé quinze autres à Carcassonne et à Trèbes. Parmi les victimes, la France a découvert et honoré le... [Lire la suite]
vendredi 22 juin 2018

La France du colonel Beltrame

« Alors que le nom de son assassin déjà sombrait dans l’oubli, le nom d’Arnaud Beltrame devenait celui de l’héroïsme français, porteur de cet esprit de résistance qui est l’affirmation suprême de ce que nous sommes, de ce pour quoi la France toujours s’est battue, de Jeanne d’Arc au Général De Gaulle : son indépendance, sa liberté, son esprit de tolérance et de paix contre toutes les hégémonies, tous les fanatismes, tous les totalitarismes. » (Emmanuel Macron, le 28 mars 2018 dans la cour d’honneur des Invalides, à... [Lire la suite]
samedi 14 avril 2018

Arnaud Beltrame après Jean Moulin

« Alors que le nom de son assassin déjà sombrait dans l’oubli, le nom d’Arnaud Beltrame devenait celui de l’héroïsme français, porteur de cet esprit de résistance qui est l’affirmation suprême de ce que nous sommes, de ce pour quoi la France toujours s’est battue, de Jeanne d’Arc au Général De Gaulle : son indépendance, sa liberté, son esprit de tolérance et de paix contre toutes les hégémonies, tous les fanatismes, tous les totalitarismes. » (Emmanuel Macron, le 28 mars 2018 dans la cour d’honneur des Invalides, à... [Lire la suite]
mercredi 13 décembre 2017

La France est-elle Johnny ?

« Nous sommes là avec sa famille : avec Sylvie Vartan, Nathalie Baye, Laeticia Hallyday ; avec ses enfants David, Laura, Joy et Jade, avec ses petits-enfants, Emma, Ilona, Cameron. Et je n’oublie pas que pour eux, c’est aussi un jour de souffrance intime. Nous vous avons si souvent volé votre mari, votre père, votre grand-père, aujourd’hui, nous devons aussi vous le laisser un peu parce que deuil est d’abord le vôtre. » (Emmanuel Macron, le 9 décembre 2017 à Paris).Petite réflexion sur la johnnymania qui s’est... [Lire la suite]