samedi 30 mars 2019

Robert Badinter, une conscience nationale

« Monsieur le Président, mesdames, messieurs les députés, j’ai l’honneur, au nom du gouvernement de la République, de demander à l’Assemblée Nationale l’abolition de la peine de mort en France. » (1981).Ces quelques mots introductifs, pleins d’émotion, furent prononcés par Robert Badinter le jeudi 17 septembre 1981 dans l’hémicycle silencieux de l’Assemblée Nationale. Il venait d’être nommé, le 23 juin 1981, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, et fut chargé par le Président de la République François Mitterrand, élu le... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
lundi 29 octobre 2018

Faut-il avoir peur de Jair Bolsonaro, élu Président du Brésil ?

« L’Angoisse atroce, despotique, sur mon crâne incliné plante son drapeau noir. » (Baudelaire, 1857).Depuis dimanche, c’est assuré : Jair Bolsonaro deviendra officiellement le Président de la République fédérale du Brésil le 1er janvier 2019. Lorsqu’on écoute à l’extérieur du Brésil les réactions à son élection, et en particulier en France, on entend à peu près toujours ce même son de cloche : "Au secours, l’extrême droite a gagné au Brésil !". Et les analystes les plus téméraires en viennent même à... [Lire la suite]
samedi 21 juillet 2018

Une lueur d’espoir pour Serge Atlaoui ?

« L’injustice n’est pas en elle-même un mal. Le mal consiste en la peur terrifiante de ne pas échapper à ceux dont la fonction est de châtier les coupables. » (Épicure, IVe - IIIe siècle av. J.-C.).Ce samedi 21 juillet 2018, le Français Michaël Blanc (45 ans), arrêté, jugé et condamné en Indonésie pour trafic de drogue, est autorisé à rentrer en France. Pour lui, c’est un long cauchemar de dix-neuf ans qui se termine. Cela peut-il signifier que la situation d’un autre condamné en Indonésie pour trafic de drogue, Serge... [Lire la suite]
vendredi 30 mars 2018

Robert Badinter a 90 ans

« Monsieur le Président, mesdames, messieurs les députés, j’ai l’honneur, au nom du gouvernement de la République, de demander à l’Assemblée Nationale l’abolition de la peine de mort en France. » (1981).Ces quelques mots introductifs, pleins d’émotion, furent prononcés par Robert Badinter le jeudi 17 septembre 1981 dans l’hémicycle silencieux de l’Assemblée Nationale. Il venait d’être nommé, le 23 juin 1981, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, et fut chargé par le Président de la République François Mitterrand, élu le... [Lire la suite]
mercredi 7 février 2018

Jihadistes condamnées à mort : le dilemme d’État des valeurs républicaines

« Je suis patriote parce que je suis homme et humain. » (Gandhi, 1937).L’actualité récente apporte son lot de situations délicates à gérer pour un gouvernement. Être au pouvoir nécessite une grande dose de convictions, de valeurs, mais probablement aussi du cynisme, du calcul. Et avant tout, de l’anticipation, vision diagnostic de ce qu’il y a, vision thérapie de ce qu’il faudrait, vision efficacité des objectifs à fixer et capacité d’atteindre ces objectifs. Il y a donc en jeu la perpétuelle question de l’opposition entre... [Lire la suite]
vendredi 12 janvier 2018

Vives inquiétudes pour Mary Jane Veloso

« Ce que nous demandons à l’avenir, ce que nous voulons de lui, c’est la justice, ce n’est pas la vengeance. » (Victor Hugo, le 20 avril 1853).Ce mercredi 10 janvier 2018, ce fut son anniversaire et elle a adressé à cette occasion un message au Président de son pays pour qu'il la sauve du "couloir de la mort"... Je voudrais revenir sur le destin tragique de Mary Jane Veloso. J’avais déjà évoqué sa terrible situation en septembre 2016. Elle est une jeune employée de maison venue des Philippines et cherchant du travail en... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:59:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
lundi 4 décembre 2017

Patrick Henry et la France qui a peur

« Tu as volé mon enfant, versé le sang de mon sang. Aucun Dieu ne m’apaisera. J’aurai ta peau. Tu périras. ».Le meurtrier d’un petit enfant de 7 ans vient de mourir ce dimanche 3 décembre 2017 à l’hôpital de Lille à l’âge de 64 ans (né le 31 mars 1953 à Troyes). Il avait un cancer et comme toute disparition d’une vie humaine, c’est regrettable. Néanmoins, il n’a jamais estimé nécessaire d’exprimer ses regrets ni de demander pardon pour cet acte insupportable, celui de retirer à ses parents et à son jeune frère la vie de ce... [Lire la suite]
mardi 28 novembre 2017

Loïc Bouvard, géostratégicien expérimenté et humaniste résistant précoce

« Ma première pensée sera pour nos camarades tombés sous les balles ennemies qui pleuvaient de tous côtés et dont je revois les visages blêmes, figés par la mort. » (Loïc Bouvard, le 20 juin 2014 à Saint-Marcel).L’ancien député du Morbihan Loïc Bouvard est mort dans la nuit du 26 au 27 novembre 2017 à Saint-Marcel, commune de son département où il habitait. Il avait 88 ans (né le 20 janvier 1929) et était un parlementaire centriste (démocrate-chrétien) peu connu du grand public au niveau national malgré ses presque quatre... [Lire la suite]
jeudi 9 novembre 2017

Le cauchemar de Serge Atlaoui

« Montrez-moi un homme qui soutienne l’utilité de la peine de mort, et, quelque consciencieux et éclairé qu’il soit, je vous défie d’établir jamais aucune sympathie entre lui et moi. » (George Sand, "Indiana", 1832).Imaginez-vous criblé de dettes. On vous propose un salaire juteux dans un pays lointain. Vous êtes ouvrier. Soudeur. Vous connaissez bien votre métier. On vous propose deux mille euros par semaine. Au noir, naturellement. Va pour l’aventure. Vous êtes à Jakarta. On vous embauche d’abord six semaines pour... [Lire la suite]
samedi 14 octobre 2017

Mata Hari, œil du jour et espiègle de nuit

« Quelle étrange coutume des Français que d’exécuter les gens à l’aube ! » (15 octobre 1917).Elle n’était pas croyante mais a longuement parlé avec l’aumônier à qui elle avait demandé assistance jusqu’au bout (Jules Arboux, un pasteur qui avait écrit "Les Attributions des aumôniers des prisons" en 1888 à la demande du Ministère de la Justice). Elle était restée coquette, une belle robe et un manteau sur les épaules. Les yeux libres du regard du destin qui allait vaciller. Les mains libres derrière le poteau. D’un... [Lire la suite]