mardi 16 octobre 2018

Emmanuel Macron : la boussole après les horloges

« Je crois à ce projet que j’irai porter auprès de vous, j’ai confiance en vous, en nous, en notre patrie. » (Emmanuel Macron, le 16 octobre 2018).Après avoir rendu public le remaniement du second gouvernement d’Édouard Philippe le matin, le Président Emmanuel Macron a prononcé une allocution télévisée de douze minutes ce mardi 16 octobre 2018 à 20 heures (texte intégral bientôt ici). Il avait le don d’ubiquité puisqu’au même moment, il prononçait un discours à l’Institut du Monde Arabe aux côtés de son président, Jack Lang,... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 23:36:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mardi 16 octobre 2018

Remaniement du 16 octobre 2018 : les étagères de l’Élysée…

« L’art de bien vivre a moins de rapport aux exercices de la danse qu’à ceux de la lutte, en ce qu’il faut être toujours prêt à soutenir avec fermeté des coups imprévus. » (Marc Aurèle, entre 170 et 180 après J.-C.).Le remaniement ministériel a enfin eu lieu, ce matin du mardi 16 octobre 2018. Il a fallu attendre la fin du voyage à Erevan en Arménie (du 10 au 12 octobre 2018, pour le Sommet de la Francophonie et un hommage à Charles Aznavour) et attendre un jour supplémentaire à cause des inondations désastreuses dans l’Aude... [Lire la suite]
dimanche 14 octobre 2018

Bavière 2018 : la chute de la Maison Merkel ?

« Pour ma part, je crois que le temps est venu pour elle d‘annoncer à quel moment elle compte mettre un terme à son mandat de Chancelière. Elle doit faire cette annonce au cours du mois qui arrive. Tout le monde sait qu’elle ne se présentera pas aux prochaines élections. (…) Si madame Merkel se présentait à nouveau, la CDU-CSU ne serait peut-être plus élue et l’AfD en tirerait grand profit. » (Nils Diederich, professeur de sciences politiques à l’Université libre de Berlin, Euronews le 26 septembre 2018).Les élections... [Lire la suite]
vendredi 12 octobre 2018

Albert Zafy (1927-2017), l’homme de la démocratie malgache

« L’histoire retiendra de lui comme le Père de la démocratie [malgache], l’Homme au chapeau de paille qui sillonnait tous les recoins du pays en 4x4 pour s’enquérir des vrais problèmes de la population, le fameux Madaraid. Il a respecté à la lettre la démocratie, notamment au niveau de la liberté d’expression pendant son mandat, ce qui lui a valu l’empêchement de la part des députés de l’époque. Il était le seul Président élu qui a quitté son fauteuil présidentiel sans effusion de sang [Hery Rajaonarimampianina fut le deuxième... [Lire la suite]
lundi 8 octobre 2018

Édouard Philippe, l’étoffe d’un homme d’État ?

« Vous avez demandé quel était le sens de l’action qui serait poursuivie en matière de sécurité : ce sera le même que depuis seize mois. Le Président de la République a fixé un cap. Ce cap est tenu et le sera fermement. » (Édouard Philippe, le 3 octobre 2018 au Palais-Bourbon).Cela ressemble à un rendez-vous annuel. Le Premier Ministre Édouard Philippe a été l’invité de l’émission politique "L’émission politique" (bonjour la créativité !) présentée par Léa Salamé sur France 2 le jeudi 27 septembre 2018. La... [Lire la suite]
samedi 6 octobre 2018

Enterrement républicain de première classe pour Manuel Valls

« Je voudrais exprimer ma reconnaissance à la politique parce que je suis un militant, cette politique si décriée mais si indispensable à notre démocratie, qui mérite (…) du respect, de l’écoute, de la tolérance et de l’élégance, c’est ce que j’ai appris avec Michel Rocard. » (Manuel Valls, le 2 octobre 2018 à Paris).C’est probablement le rêve de beaucoup de monde : assister à son propre enterrement. Alors, lorsqu’en plus, on peut prononcer soi-même l’oraison funèbre, il y a forcément un petit côté joyeux dans la... [Lire la suite]
jeudi 4 octobre 2018

Gérard Collomb : la désertion d’un ministre impuissant

« C’est plutôt la loi du plus fort qui s’impose, des narcotrafiquants, des islamistes radicaux, qui a pris la place de la République. Alors, il faut à nouveau assurer la sécurité dans ces quartiers. » (Gérard Collomb, le 3 octobre 2018 à Paris).Nouvelle semaine surréaliste pour le Président Emmanuel Macron qui n’est plus maître d’aucune horloge. Après François Bayrou et Nicolas Hulot, son troisième Ministre d’État l’a lâché. C’était d’ailleurs prévisible qu’il ne pourrait pas aller jusqu’en juin 2019. Malgré le rejet... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 30 septembre 2018

Hommage à l’inspecteur Pétillon

« Faire de l’humour, c’est transformer la vie en une large et tolérante bienveillance, proche de la charité. C’est l’étincelle qui voile les émotions, répond sans répondre, ne blesse pas et amuse. L’unique remède qui dénoue les nerfs du monde sans l’endormir, lui donne sa liberté sans le rendre fou et mette dans les mains des hommes, sans les écraser, le poids de leur propre destin. » (Max Jacob, 1945).Voyez le topo. Un homme visiblement aisé, vivant dans l’opulence comme le montre son manteau, son ventre, son double menton,... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 23:15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
samedi 29 septembre 2018

René Rémond et "ses" droites

« À l’heure où les croyants, dénigrés par la bouillie nihiliste-scientiste et post-moderne, à l’heure où les chrétiens sont la proie d’un antichristianisme français, radical, caricatural, agressif, et aussi haineux qu’inculte, il manque un porte-parole, un repère, un analyste, principalement dans les milieux universitaires et intellectuels. Ce repère, cet appui, cette intelligence debout au milieu des tempêtes de la société, et aussi ce conteur sur qui l’on pouvait compter, c’était René Rémond. Il manque. Il nous manque, et... [Lire la suite]
vendredi 28 septembre 2018

Les Accords de Munich : la fausse paix européenne

« Ils devaient choisir entre le déshonneur et la guerre. Ils ont choisi le déshonneur, et ils auront la guerre. » (Attribué à Winston Churchill, lors d’un discours, le 21 novembre 1938).Les Accords de Munich ont été signés il y a maintenant quatre-vingts ans, dans la nuit du 29 au 30 septembre 1938, vers une heure du matin. Quatre signataires : Adolf Hitler pour l’Allemagne, Benito Mussolini pour l’Italie, Édouard Daladier pour la France et Neville Chamberlain pour le Royaume-Uni. Cette conférence à Munich était... [Lire la suite]