mardi 5 novembre 2019

Michel Bouquet ne se meurt pas !

« Pour mieux regarder le réel, pour être contemporain de toutes les malversations possibles, pour tenir le coup, être comédien m’a paru comme une distraction totale. » (Michel Bouquet, sur France Culture le 25 mars 2019).Le bourgeois gentilhomme ! Un géant fête son 94e anniversaire ce mercredi 6 novembre 2019 : Michel Bouquet, comédien, acteur, lecteur, professeur au Conservatoire national supérieur d’art dramatique. Impressionnante vitalité, la même que Gisèle Casadesus qui tournait encore centenaire dans des... [Lire la suite]
samedi 26 octobre 2019

Coluche, candidat du rire et de la peur à l’élection présidentielle

« J’arrêterai de faire de la politique quand les politiciens arrêteront de nous faire rire ! » (Coluche).Pourrait-on imaginer un nouveau Coluche dans la France de 2019 ? Probablement pas. Coluche est né à Paris il y a 75 ans, le 28 octobre 1944. Une sorte de cadeau de la Libération de Paris. Mais on l’a su un peu plus tard.Politiquement incorrect, certainement, mais à une époque (années 1970 et 1980) où l’on était, pas plus tolérant, au contraire, le censure veillait au politiquement correct, mais où les appels à... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 07:12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mardi 15 octobre 2019

Marie Dubois entre douceur et courage

« [Elle] a été longtemps l’incarnation de la jeune femme jolie mais accessible, solaire et sympathique. » (Dominique Besnehard, France Inter le 27 avril 2019).L’actrice Marie Dubois (Claudine Huzé) est morte, près de Pau, il y a exactement cinq ans, le 15 octobre 2014, elle avait 77 ans (née le 12 janvier 1937 à Paris). À l’âge de 23 ans, une cécité à l’œil gauche lui a révélé la présence d’une maladie qui l’a tuée à petit feu et pour laquelle elle a voulu communiquer (à partir de 2001), la sclérose en plaques. Heureusement... [Lire la suite]
dimanche 8 septembre 2019

Jacques Marin et la figure du "Français moyen"

« De quelque façon que vous envisagiez votre rôle dans la vie, tout ce que vous pouvez faire, c’est de le jouer aussi bien que possible. » (Brian Wilson Aldiss, 1964).Cela fait un siècle, le 9 septembre 1919, qu’est né à Paris un acteur qui semble désormais oublié, Jacques Marin. L’occasion de retrouver quelques-unes de ses traces dans la culture française (et sur l’Internet).L’expression "Français moyen" ne veut pas dire grand-chose. Elle est une tournure, sinon une posture, qui ne se base que sur l’apparence, et sur la... [Lire la suite]
vendredi 6 septembre 2019

À hauteur de Sim

« Moi, j’ai toujours été un peu touche-à-tout dans ce métier, j’ai bricolé un peu dans la radio, la télévision, le cinéma, le théâtre, les livres, et puis je pense que je suis heureux dans ce petit train départemental. J’ai pris un omnibus, moi, pour faire ma carrière. Je suis parti de la gare de départ il y a cinquante ans et j’arrive à peine. Alors que maintenant, les mômes, ils prennent un TGV, ils sont rendus tout de suite et ils tapent dans le butoir. » (Sim, le 9 mai 2009 sur France 2).Il y a dix ans, le 6 septembre... [Lire la suite]
jeudi 29 août 2019

Le brutal adieu de Michel Aumont, immense comédien trop discret

« Moi comme les autres, on est partagé entre l’irritation d’être regardé, interrogé, et le plaisir d’être regardé et interrogé, et vu, et aimé par les autres. On a ça simultanément en soi. » (Michel Aumont, France 3, le 3 avril 1993).Pudeur, timidité, discrétion… ces qualités sont rarement celles d’un acteur et pourtant, elles le furent pour Michel Aumont qui vient de brutalement disparaître ce jeudi 29 août 2019 à l’âge de 82 ans (il est né le 15 octobre 1936 à Paris). Le 3 avril 1993, il se faisait l’antistar :... [Lire la suite]
mardi 30 avril 2019

L’envol d’Anémone

« Ce n’est pas parce qu’un gosse, il n’est pas désiré qu’il n’est pas aimé. » (Anémone, 30 avril 2011).Quelle tristesse pour le cinéma français !. En quelques jours, deux acteurs de très grand talent sont partis vers d’autres rives. Après Jean-Pierre Marielle, c’est l’actrice Anémone qui est partie à Poitiers ce mardi 30 avril 2019, à un âge pourtant pas très avancé, à 68 ans (elle est née le 9 août 1950 à Paris).J’adorais Anémone, sa fraîcheur, son franc-parler à senteurs de douche froide, sa liberté totale. Elle était... [Lire la suite]
Posté par rakotoarison à 22:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 25 avril 2019

Jean-Pierre Marielle ou le bonheur précieux de la comédie française

« C’est à pleurer tellement tu es belle, je n’ose même pas toucher ! » ("Les galettes de Pont-Aven", 1975).Coincé entre Dick Rivers et Abbassi Madani, l’acteur Jean-Pierre Marielle, tout dans sa bonne humeur, s’est retrouvé ce mercredi 24 avril 2019 aux portes du paradis (ou de l’enfer ?). Parti malade à l’âge de 87 ans (il est né le 12 avbril 1932) de l’hôpital de Saint-Cloud, il est allé retrouver notamment ses deux compères des "Grands Ducs" (1996) Philippe Noiret et Jean Rochefort. La petite "bande" du... [Lire la suite]
mercredi 27 mars 2019

Eugène Ionesco, le prince de l’insolite

« Certains critiques m’accusent de défendre un humanisme abstrait, l’homme de nulle part. En réalité, je suis pour l’homme de partout ; pour mon ennemi comme pour mon ami. L’homme de partout est l’homme concret. L’homme abstrait, c’est l’homme des idéologies : l’homme des idéologies n’existe pas. La condition essentielle de l’homme n’est pas sa condition de citoyen, mais sa condition de mortel. Lorsque je parle de la mort, tout le monde me comprend. La mort n’est ni bourgeoise ni socialiste. Ce qui vient du plus profond... [Lire la suite]
vendredi 8 février 2019

La soucoupe volante de Niels Arestrup

« On ne passait que l’oral, il n’y avait pas d’écrit, à ce bac-là, cette année-là, et j’ai passé les épreuves du matin, les seules sur lesquelles je pensais pouvoir un peu me dém@rder. Et comme j’avais envie de faire autre chose que ce qui m’était éventuellement promis, à midi, j’ai quitté le collège où je passais le bac, j’ai été à Paris, et j’ai été revoir pour la cinquième fois "Les Tontons flingueurs". Je me suis dit : voilà, là, tu as fait le choix, tu as brûlé les ponts qui sont derrière, c’est fini (…), tu vas devoir... [Lire la suite]